/news/currentevents
Navigation

Les maîtres de la biche May ont bon espoir de la ravoir

biche
Photo courtoisie Brigitte Thomas et Yves Martel (photo) ont adopté la biche May il y a quatre ans après l’avoir trouvée à côté de sa mère morte.

Coup d'oeil sur cet article

WENTWORTH-NORD  |  Les propriétaires d’une biche saisie par les agents de la faune ont bon espoir de pouvoir la récupérer rapidement alors que leur histoire a fait le tour du Québec.

May n’était qu’un faon de quelques jours quand elle a été trouvée roulée en boule près du corps de sa mère morte au bord de la route.

Confiée à Brigitte Thomas et Yves Martel, la biche a vécu durant quatre ans et demi sur leur grande terre boisée de 82 acres à Wentworth-Nord, comme un membre de la famille. La biche avait même accès au divan du salon, comme un animal domestique.

Brigitte Thomas et Yves Martel espèrent que May est en sécurité et bien traitée dans le refuge où elle se trouve.
Photo courtoisie
Brigitte Thomas et Yves Martel espèrent que May est en sécurité et bien traitée dans le refuge où elle se trouve.

De l’espoir pour May

Lundi, à la suite d’une plainte, les agents de la Faune sont venus la saisir et l’ont emportée dans un refuge. Depuis, la famille Thomas-Martel multiplie les démarches afin de récupérer May. Les messages d’appui affluent de partout.

Brigitte Thomas n’a presque pas dormi depuis la saisie de l’animal.

«On a tellement d’appuis sur les médias sociaux, ça nous réchauffe le cœur. Mais pour l’instant il ne s’est rien passé de concret. On est toujours dans l’attente.»

La SPCA étonnée

Réagissant à la saisie par les agents de la faune, Sophie Gaillard, avocate à la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA), se dit très étonnée par leur vitesse d’intervention.

«Ils sont souvent réticents quand il s’agit de saisir des animaux maltraités, donc on est très surpris qu’ils aient agi si rapidement dans ce cas-ci, alors que le bien-être de l’animal n’est pas en jeu.»

Me Gaillard cite le cas de l’élevage de renards à Saint-Hyacinthe, en 2014, où des animaux maltraités avaient été découverts et que les agents de la faune n’ont jamais accepté d’aller les chercher.

L’avocate de la SPCA juge scandaleux que May ait été saisie. Elle estime qu’un arrangement devrait être fait afin qu’elle retrouve sa famille d’adoption.

«On n’encourage pas les gens à garder des animaux sauvages, mais quand c’est dans le meilleur intérêt de l’animal de rester chez les personnes, il devrait y avoir l’émission de permis spéciaux.»

Pas euthanasiée

Sur sa page Facebook, le ministère des Forêts, de la faune et des parcs affirme avoir reçu de très nombreuses réactions à la suite de la diffusion de l’histoire dans Le Journal.

Le ministère soutient que May est en parfaite santé et qu’elle ne sera pas euthanasiée.

Le député d’Argenteuil, Yves St-Denis, a fait savoir que sa préoccupation première est que May retourne dans sa famille le plus rapidement possible.