/news/transports
Navigation

Les radars photo «sont là pour rester» signale Lessard

conseil ministres
Photo Simon Clark «Je veux dire à tout le monde au Québec : continuez de faire attention», a dit le ministre des Transports, Laurent Lessard.

Coup d'oeil sur cet article

Les radars photo «sont là pour rester», prévient le ministre des Transports, Laurent Lessard, même si un juge vient de conclure que la preuve associée aux constats d’infractions émis par les autorités est inadmissible.

«Les radars photo, ça été installé pour que le monde ralentisse», a rappelé M. Lessard, lorsque questionné à ce sujet en marge du caucus libéral.

Pour le gouvernement, la principale préoccupation n’est pas de faire en sorte que des automobilistes au pied pesant «pognent des tickets», a assuré le ministre des Transports.

Il s’agit plutôt d’une question de sécurité routière, d’abord et avant tout. L’installation de ces appareils en bordure des autoroutes a d’ailleurs permis d’améliorer le bilan de la sécurité routière au cours des dernières années, a fait valoir le ministre Lessard.

Appel ?

La ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, a aussi souligné que c’est «pour assurer la sécurité des usagers» de la route que l’Assemblée nationale a adopté les mesures qui ont permis l’implantation des premiers radars photo, en 2009.

Québec n’exclut pas de porter la cause en appel. «On va regarder toutes nos options, le délai d’appel n’est pas expiré», a observé le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux.

Par ailleurs, un avocat de Québec, Jean-Roch Parent, a constaté que le jugement rendu par la cour va exactement dans le sens d’un recours qu’il a lancé pour rendre ces constats d’infraction invalides.

Me Parent, qui a aussi a collaboré avec Me Camille Taillefer, l’avocate de Montréal qui a plaidé dans le dossier à l’origine de la décision, se réjouit de constater que le juge va «dans le même angle» des arguments qu’il entend plaider dans le cadre de son recours.