/misc
Navigation

Nerfs Miles

air miles
Photo Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Je suis moi aussi membre d’Air Miles. J’étais sous l’illusion que puisque j’allais consommer de toute façon, aussi bien cumuler des points qui, hypothétiquement, me permettraient de me payer un voyage, un jour.

Quitte à ce que ce soit à Ste-Foy (à partir de Beauport), en autobus, dans 10 ans. Mais c’est fini, je n’y crois plus. J’ai découpé ma carte Air Miles lorsqu’on a changé les règles. Maintenant je cherche quoi répondre pour qu’on cesse de me la demander.

Il faudrait qu’on finisse par l’apprendre : rien n’est gratuit. Il y a toujours quelqu’un qui paie quelque part. Pire : généralement quand on offre un produit gratuit, un logiciel par exemple, ça veut dire que le produit qu’on vend, c’est vous. On va cumuler des données sur vous et les utiliser ou les revendre.

Toutes ces primes ont un coût. La gestion de celles-ci a aussi un coût qui automatiquement se reflète dans le prix des produits consommés. Je répète : il n’y a rien de gratuit dans la vie.

J’ai très envie de lancer les Nerfs Miles. Il n’y aurait qu’un point dessus, mon dernier. Carte que je présenterais à la face du commis à chaque fois qu’on me demanderait une autre carte à chaque putain d’endroit que je visite. CAA ici. Air Miles là. Optimum. HBC. Aeroplan. Milliplein. Scene. Dollars Canadian Tire. Métro et cie. Inspire.

Expire.

Autant de secondes, minutes, d’heures perdues à répondre aux mêmes questions pour me fidéliser avec une carotte vague et inatteignable plutôt que de me fidéliser avec un bon service au prix le plus bas possible. Ça fait aussi partie du prix qu'on paie pour se faire croire qu'on dépense "intelligemment". À quand la carte Watt-ata-tow pour nous garder chez Hydro tant qu’à y être?

Ce que j’espère le plus sincèrement de la débâcle actuelle d’Air Miles, qui traite ses clients comme les dernières merdes au monde, c’est l’effondrement de ce système pathétique de fidélisation par les points contre lequel il est très difficile, voire impossible, de se battre.

Foutez-nous donc la paix et gardez la clientèle de la bonne vieille façon : en donnant du bon service. Parce que pour le reste, j’ai le monde à porté de mon cellulaire et de mon ordinateur. Et les marchands en ligne ne me demandent pas si j’ai telle ou telle carte à chaque transaction.