/sacchips/mishmash
Navigation

Selon vous, Rémy Girard est «la meilleure chose au monde»

Selon vous, Rémy Girard est «la meilleure chose au monde»
Infographie: Philippe Melbourne Dufour

Coup d'oeil sur cet article

À la suite d’un palpitant tournoi virtuel, l’acteur Rémy Girard a été couronné «meilleure chose au monde» selon un panel d’experts, c’est-à-dire vous!

À la suite d’un palpitant tournoi virtuel, l’acteur Rémy Girard a été couronné «meilleure chose au monde» selon un panel d’experts, c’est-à-dire vous!

Si vous aimez la page Facebook du Sac de Chips, il y a de très bonnes chances que vous ayez vu passer, au cours des derniers jours, une de nos vidéos en direct du «Grand Tournoi des choses qui existent».

Dans ces épatantes vidéos live, on vous donnait l’occasion de sélectionner la meilleure des choses parmi 16 choses qui existent.

Ainsi, au terme de quatre quarts-de-finale, de deux demi-finales et d’une finale, c’est Rémy Girard, le polyvalent comédien qui a prêté ses traits à des pères de famille, à un coach de hockey, à un mononcle cochon, à un prof d’université, à un chef de pupitre et plein d’autres personnalités, qui a été l’élu de votre coeur et qui a été sacré, sans l’ombre d’un moindre doute, MEILLEURE CHOSE AU MONDE.

Bravo Rémy Girard!

Grâce à cette victoire, les expressions «être le meilleur comme Rémy Girard», «régner sur le monde comme Rémy Girard» ou encore «survoler l’existence à bord d’un drone piloté de main de maître par un clone de Rémy Girard» pourront faire leur entrée dans le langage populaire.

Rémy Girard, avec de beaux petits shorts courts, en 1982.
PHOTO NORMAND PICHETTE / LES ARCHIVES / LE JOURNAL DE MONTREA
Rémy Girard, avec de beaux petits shorts courts, en 1982.

Le parcours de Rémy Girard au cours de ce tournoi n’a pas été de tout repos, loin de là.

Après avoir disposé de «avoir peur de se faire mordre quand on flatte un lapin», «une cage à perroquets» et «faire du pédalo» en quarts-de-finale, le courageux Rémy a livré un combat épique face à «un concierge» en demi-finale.

Et tout ça, c’est sans compter la mémorable grande finale lors de laquelle il a dû faire face à «la politesse».

Cette dernière, qui a livré une honorable prestation, n’a probablement pas eu assez de repos après un duel exténuant contre «le palais des congrès» lors de la seconde demi-finale.

Rémy Girard, avec de beaux pantalons de denim, en 1991
PHOTO LUC BELISLE / LES ARCHIVES / LE JOURNAL DE MONTREAL
Rémy Girard, avec de beaux pantalons de denim, en 1991

Si certains pourraient être tentés de mettre en doute la suprématie de Rémy Girard sur l’existence entière, compte tenu du faible nombre de places disponibles au sein de cette compétition, ils ont raison.

Une cuillère à souliers, la photosynthèse, Vladimir Guerrero, demander l’heure à un passant, la tour du CN, une cassette de Dr. Alban, retrouver son profil MySpace, une Kia Forte blanche, du soda mousse, le capitalisme, un tissu soyeux, Madonna, observer des oiseaux, des Crocs, penser au Roi-Soleil, un ouvre-boîte électrique, l’industrie du disque, apprendre, Andrée Watters, un steak médium-saignant, des restaurants Taco Bell et Pizza Hut sous le même toit, jouer au Bridge, envisager le futur, un beau bibelot et même, brandir le spectre du fédéralisme renouvelé auraient tous faits d’excellents candidats.

Mais la meilleure chose au monde, pour l’instant, c’est Rémy Girard.

Rémy Girard, dans le rôle de Stan dans <i>Les Boys</i>.
Courtoisie
Rémy Girard, dans le rôle de Stan dans Les Boys.

Toutefois, si vous avez aimé le concept des grands tournois et si vous aimez les choses en général, sachez que nous jonglons actuellement avec l’idée d’organiser un «Grand Tournoi des choses qui n’existent pas».

À date, nous avons: «la justice en ce bas monde», «les dents d’en avant d’Alex Radulov» et «Dieu».

Avez-vous d’autres suggestions?