/finance/business
Navigation

Trimestre décevant, mais profit record pour la Banque Royale

Banque Royale
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Malgré une baisse de ses profits au dernier trimestre par rapport à l’an dernier, la Banque Royale a terminé son exercice annuel au 31 octobre avec un profit record, a-t-elle annoncé mercredi.

La plus grande banque canadienne a enregistré un profit de 10,458 milliards de dollars en 2015-2016.

Il s’agit d’une hausse de 4% par rapport à l’an dernier.

«Je suis heureux de notre performance, qui reflète aussi l'intégration réussie de City National et notre engagement envers une gestion rigoureuse des risques et des coûts», a dit Dave McKay, président et chef de la direction de RBC, par communiqué, mercredi.

Les résultats du secteur Gestion de patrimoine, qui comprend City National Bank, et ceux des Services bancaires aux particuliers et aux entreprises ainsi que des Services aux investisseurs et de trésorerie ont poussé vers le haut les profits.

Le secteur Assurances a également connu une bonne année, notamment grâce au profit découlant de la vente des activités d'assurance habitation et automobile.

De son côté, le marché des capitaux a été moins productif que l’année précédente.

Le président de la Royale s’est montré optimiste pour les prochaines années.

«Même si l'industrie doit composer avec des conditions difficiles et une accélération du rythme des changements, nous sommes d'avis que nous sommes bien positionnés pour procurer une valeur durable aux actionnaires, en misant sur l'innovation, sur notre culture axée sur les valeurs qui contribue à l'établissement de relations solides avec les clients, ainsi que sur notre gestion prudente des risques et du capital», a-t-il ajouté.

Quatrième trimestre en baisse

Le dernier trimestre de l’année financière a cependant été moins reluisant avec un bénéfice net de 2,54 milliards $, une baisse de 2 % par rapport à l’an dernier.

La Banque Royale maintient son dividende trimestriel de 83 cents par action ordinaire.