/entertainment/shows
Navigation

Un gros «party» de fête pour Montréal en 2017

Serge Denoncourt et Guy A. Lepage
PHOTO AGENCE QMI, TOMA ICZKOVITS Serge Denoncourt et Guy A. Lepage

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL - Guy A. Lepage et Serge Denoncourt préparent un gros «party» d’anniversaire pour Montréal qui soufflera, le 17 mai 2017, ses 375 bougies.

L’animateur et le metteur en scène sont les concepteurs de «Bonne fête Montréal», un spectacle qui réunira, le temps d’une soirée, chanteurs et humoristes très connus au Centre Bell.

En plus de Guy A. Lepage, le volet humour sera assuré par Louis-José Houde, Gad Elmaleh et Laurent Paquin.

Marie-Mai, Robert Charlebois, Diane Dufresne, Rufus et Martha Wainwright, Ariane Moffatt, les Dead Obies, Kim Richardson et Boogat sont les artistes qui célébreront la ville en musique.

Un «house band» bien spécial les accompagnera: l’Orchestre Métropolitain, sous la direction de Yannick Nézet-Séguin.

Une place au regretté Leonard Cohen devrait aussi être faite.

Émouvoir

Avec cet événement, Serge Denoncourt veut toucher les gens, les faire rire et pleurer. Afin d’y parvenir, il veut miser sur des moments grisants et non sur des effets visuels impressionnants.

«Ce que je veux créer, ce n’est pas l’événement, pas les feux d’artifice, c’est l’émotion, précise-t-il. On se souvient rarement d’un effet pyrotechnique, d’un effet de confettis; on se souvient d’une émotion qu’on a ressentie lors d’un spectacle.»

La soirée du 17 mai 2017 servira-t-elle à redorer le blason de la métropole qui essuie actuellement de nombreuses critiques de toutes sortes?

«Culturellement, on n’a pas à le faire, mais pour le reste de la ville, oui, explique Guy A. Lepage. La ville a subi beaucoup de morosité dans les dernières années. C’est sûr que quand toutes tes infrastructures s’écrasent et qu’il faut les réparer en même temps, la ville a l’air d’avoir beaucoup de “plasters”.»

Pour sa part, Serge Denoncourt ne veut pas fêter la beauté de la ville, mais plutôt l’esprit montréalais, «un esprit de partage, de bien-vivre (...) dont on ne parle pas assez.»

«On chiale 364 jours par année sur les cônes orange, sur les trottoirs, sur les rues, sur les égouts, souligne-t-il. On a tous choisi de vivre ici; peut-on, une fois, se fermer la gueule et juste dire qu’on aime ça aussi Montréal?»

Pas politique

Malgré les allégeances des concepteurs, Serge Denoncourt assure que le spectacle ne véhiculera «aucun message politique». L’événement sera axé sur la fête et non sur la revendication.

«Ce n’est pas un show de la Saint-Jean, ce n’est pas la fête du Canada non plus: c’est la fête de Montréal, une ville multiculturelle, multiethnique avec un panorama artistique vraiment large.»

La prévente des billets pour le spectacle «Bonne fête Montréal» est amorcée, sur evenko.ca, avec le code «fan375».