/news/currentevents
Navigation

Forces armées canadiennes: autre suspension d'instance pour agression sexuelle

Bloc militaires canadiens armée canadienne Forces canadiennes

Coup d'oeil sur cet article

Un autre militaire a obtenu une suspension d'instance pour une accusation d’agression sexuelle après avoir plaidé coupable à un chef de conduite déshonorante.

La semaine dernière, une victime d'agression sexuelle, l'ex-caporale réserviste Stéphanie Raymond, avait dénoncé les ententes dans lesquelles un accusé accepte de plaider coupable à une accusation moindre.

Mardi, le capitaine David Christensen a plaidé coupable à un chef d’accusation de conduite déshonorante dans le cadre de son procès devant la cour martiale permanente tenu à Kingston, en Ontario. Le juge a ordonné une suspension d'instance sur un chef d’accusation d’agression sexuelle et le militaire a été rétrogradé du grade de capitaine à lieutenant.

Les accusations étaient liées à un acte d’inconduite sexuelle commis contre un membre des Forces armées canadiennes à Kingston le 10 juin 2015.

Dans un communiqué, les Forces canadiennes affirment qu'ils prennent «très au sérieux toutes les allégations d’inconduite sexuelle.»

Dans les dernières semaines, au moins deux autres procès se sont terminés de cette façon.

Au début du mois de novembre 2016, un major de la base militaire de Valcartier a plaidé coupable de conduites déshonorantes pour avoir notamment empoigné le postérieur et les seins de subalternes féminins mais le militaire a pu se soustraire des trois accusations d’agressions sexuelles.

Récemment à Gatineau, l'adjudant-maître Alan Chapman a obtenu une suspension d'instance sur un chef d’accusation d’agression sexuelle mais il a été déclaré coupable d’un chef d’accusation de conduite déshonorante.

Les accusations étaient liées à un acte d’inconduite sexuelle commis à Chypre en 2010.

En cour martiale, trois procès pour des agressions sexuelles sont prévus d'ici la fin du mois de janvier 2017.