/news/currentevents
Navigation

La SPCA ne sait pas comment appliquer la réglementation

Coup d'oeil sur cet article

La SPCA de Montréal ignore toujours comment appliquer le règlement interdisant les pitbulls sur le territoire de la Ville, alors que la Cour d’appel en a annulé la suspension jeudi.

«C’est impossible pour nous de savoir exactement quels individus sont ciblés», a dit Me Sophie Gaillard, avocate au département de défense des animaux de la SPCA de Montréal.

L’organisme détient plusieurs contrats de service animalier à Montréal. À partir de maintenant, elle ne sait pas encore ce qu’elle fera des centaines de pitbulls recueillis chaque an.

La SPCA croit toujours que la définition de ce qu’est un chien de type pitbull n’est pas claire dans la réglementation municipale. La Cour d’appel a infirmé jeudi la décision de suspendre le règlement interdisant les pitbulls à Montréal rendue par la Cour supérieure en octobre.

La Ville a cependant fait des concessions que salue la SPCA. Aucune euthanasie ne sera appliquée si le pitbull n’est pas jugé dangereux, et les propriétaires pourront récupérer leur animal s’il est pris en charge par un refuge parce qu’il est perdu. L’organisme craint quand même que la décision engendre injustement l’euthanasie de chiens, puisqu’elle ne pourra désormais plus trouver de familles à Montréal.

Question d’espace

«Ce sera une question d’espace, et si on n’a pas de débouchés pour eux, on va devoir envisager de les euthanasier», a déploré Me Gaillard.

De son côté, le maire de Montréal s’est dit heureux de la décision par communiqué. «Ma priorité a toujours été d’assurer la sécurité des citoyens. Les nouveaux chiens de type pitbulls sont bel et bien interdits à Montréal», a dit Denis Coderre.

Les propriétaires de pitbulls ont été nombreux à déplorer la décision de la Cour d’appel sur les réseaux sociaux.

La Cour supérieure se penchera sur la légalité des dispositions du règlement lors d’une audition sur le fond, dont la date n’a pas encore été fixée.