/news/currentevents
Navigation

«Si Vaillancourt revient, je le prends comme maire»

Coup d'oeil sur cet article

Des résidents de Laval n’hésiteraient pas à voter de nouveau pour l’ex-maire Gilles Vaillancourt et le défendent encore, même s’il a plaidé coupable à des accusations de complot, de fraude et d’abus de confiance, jeudi.

«Si Vaillancourt revient, je le prends comme maire», lance sans détour Samir Safadi, qui habite à Laval depuis 44 ans, rencontré dans le stationnement d’une épicerie quelques heures après que l’ex-maire déchu Gilles Vaillancourt eut pris le chemin de la prison.

«Il y en a 36 000 comme lui», ajoute en riant sa femme Agnès Safadi.

«Malheureusement, c’est lui qu’on attrape et c’est lui qui est condamné», poursuit son mari.

M. Safadi soutient qu’il n’a «rien fait contre le peuple», même si, selon une poursuite civile déposée par la Ville en octobre 2015, Gilles Vaillancourt avait érigé un système qui a fait en sorte que les contribuables ont payé des millions $ en trop pour des travaux.

« Surprenant »

«C’est surprenant d’apprendre ça de lui», estime pour sa part Céline Blais, qui a cru à l’innocence de M. Vaillancourt jusqu’à ce qu’il admette sa culpabilité.

«Mais péché avoué est à moitié pardonné», poursuit Mme Blais, qui trouve que l’ex-maire avait quand même fait beaucoup pour la Ville de Laval.

Elle n’est d’ailleurs pas la seule. Même des résidents satisfaits de voir le politicien se faire passer les menottes trouvent que Gilles Vaillancourt a eu un impact positif sur Laval.

«Ça fait drôle de dire les deux, mais c’est vrai», admet pour sa part Linda St-Pierre.

«Il a fait beaucoup, mais s’il avait tout pris l’argent [volé] pour le redonner à Laval, on serait encore mieux», renchérit à ses côtés Jean Lalande.

Mieux que rien

D’autres résidents se montrent plus satisfaits. Les 7,5 M$ de M. Vaillancourt récupérés par la Ville, de même que son condo à 1 M$ et son régime de retraite, sont «mieux que rien».

«C’est très bien, il paie pour ce qu’il a fait», croit André Fournier, qui doute qu’un procès aurait permis d’aller saisir plus d’argent.

«Au moins, on peut récupérer ça», souligne Denise Drolet, qui a craint de voir l’ex-maire s’en tirer beaucoup plus facilement.