/news/currentevents
Navigation

Corps retrouvé à Lac-Beauport: la famille de la victime en colère

Les proches voulaient qu’un avis de disparition soit diffusé dans les médias

Quebec
Photo Stevens LeBlanc Vanessa Racine-Lafleur estime que sa sœur Catherine Racine-Ouellet était une personne qui n’aurait pas fait de mal à une mouche et qu’elle ne méritait pas de mourir ainsi.

Coup d'oeil sur cet article

La famille de Catherine Racine-Ouellet craint que le témoin principal dans cette affaire évite les tribunaux, soutenant que les policiers ont bâclé les recherches.

Les policiers ont rencontré les proches de Catherine Racine-Ouellet, jeudi, afin de leur annoncer que son corps avait été retrouvé en état de putréfaction.

«À cause de l’état de la dépouille, ils ne savent même pas s’ils vont porter des accusations. C’est ce que les policiers m’ont dit», a souligné Vanessa Racine-Lafleur, complètement démolie par le décès de sa grande sœur.

Le conjoint de la victime et témoin principal a été rencontré par les enquêteurs cette semaine, affirme Vanessa, frustrée que cet homme soit toujours en liberté.

«Les policiers nous ont dit qu’il était au poste de police et que c’est lui qui avait enterré le corps.»

Longs délais

La jeune femme de 25 ans avait été portée disparue en mars dernier quand un organisme public avec qui elle transigeait s’est mis à sa recherche.

«C’est l’organisme qui nous a avertis. Ensuite, les enquêteurs sont venus nous voir. Ma mère et moi, on se demandait où elle était. Ça faisait longtemps qu’on n’avait pas eu de nouvelles», a-t-elle dit, indiquant toutefois que Catherine avait tendance à ne pas donner de nouvelles durant plusieurs semaines.

Rapidement, les proches ont demandé aux policiers de rendre publique la disparition de Catherine, mais rien n’a bougé, déplore Vanessa.

«Il y a des petites filles qui fuguent du Centre jeunesse L’Escale et ça ne prend même pas deux heures avant qu’elles soient affichées partout. Ma sœur, même si on le demandait, personne n’a voulu le faire. Il n’y a personne qui a voulu nous aider», a-t-elle affirmé.

Homme mystérieux

En 2013, Catherine s’est amourachée d’un homme deux fois plus vieux, puis s’est isolée, affirme sa sœur. Pourtant, Catherine était incapable de s’occuper d’elle-même en raison de problèmes mentaux et «d’un retard», souligne Vanessa.

«On ne savait pas dans quoi elle s’était embarquée. Mais, avant qu’elle rencontre cet homme, il n’y avait pas des choses terribles comme ça qui se passaient», a-t-elle confié au Journal.

Ce conjoint a toujours refusé les contacts avec la famille de Catherine, s’effaçant constamment. «Il rentrait seulement dans le temps des Fêtes pour nous dire Joyeux Noël. Il portait une grosse croix au cou», a relaté Vanessa. «Je ne laisserai pas ça là. Je suis prête à me battre et engager un avocat», dit-elle.