/news/health
Navigation

Radié provisoirement pour avoir touché les parties intimes de ses clientes

Maher Elsayed
PHOTO FOURNIE PAR LE SPVM Maher Elsayed

Coup d'oeil sur cet article

Un physiothérapeute aux mains longues a été radié provisoirement par son ordre professionnel pour avoir inséré ses doigts dans les parties intimes de certaines de ses clientes.

Dans une récente décision, l’Ordre professionnel de la physiothérapie du Québec (OPPQ), qui qualifie les gestes posés par Maher Elsayed de «graves et sérieux», estime que la protection du public risque d’être compromise s’il continue d’exercer sa profession.

Les faits qui sont reprochés à l’homme de 32 ans se sont produits au cours de l’année 2016. À deux occasions, il aurait commis des gestes à caractère sexuel sur des clientes durant des séances de physiothérapie dans un sauna.

Lors du premier incident, Maher Elsayed massait les jambes d’une cliente lorsque ses doigts ont effleuré les parties génitales de la femme.

Sur le coup, la plaignante dit avoir cru que les doigts d’Elsayed avaient «glissé» en raison de la moiteur de sa peau. Lorsque le manège s’est répété quelques instants plus tard et que le physiothérapeute a inséré partiellement un doigt dans son anus, la cliente «lui dit fermement que c’est assez», peut-on lire dans la décision du Conseil de discipline de l’OPPQ.

Après avoir retiré la serviette qui recouvre le corps dénudé de sa cliente, qui se trouve à ce moment couchée sur le ventre, Maher Elsayed «s’assoit alors à cheval sur son bassin».

La plaignante raconte avoir senti «un frottement répété dans son dos», pour ensuite s’apercevoir qu’il s’agit du pénis en érection d’Elsayed.

Ce dernier, qui est à ce moment nu, explique à sa cliente qu’il a retiré ses sous-vêtements «pour ne pas les souiller dans le sauna».

Au terme de sa mésaventure, la plaignante dit avoir reçu des excuses du physiothérapeute.

Maher Elsayed a récidivé un mois plus tard avec une autre cliente, nue et couverte d’un drap, qui souhaitait recevoir un massage pour soulager des douleurs dans le haut du dos, notamment.

Durant la séance, Maher Elsayed a massé la femme d’une main, tandis que l’autre s’est dirigée vers ses parties intimes. Il a inséré ses doigts dans son vagin et son anus, peut-on lire dans le récit des faits de l’OPPQ.

Figée, la gorge nouée et incapable de parler, la victime dit avoir pleuré silencieusement. Ce n’est qu’après avoir repris ses esprits qu’elle a décidé de confronter Elsayed, qui s’est excusé.

Le fruit du hasard a voulu que les deux victimes du physiothérapeute se soient rencontrées et qu’elles aient partagé leur expérience. Elles ont décidé de porter plainte.

Maher Elsayed a quant à lui nié avoir posé des gestes à caractère sexuel sur les deux femmes. Il a plutôt expliqué que l’une des deux plaignantes «cherchait à lui nuire».

En plus d’avoir été radié provisoirement de l’Ordre professionnel de la physiothérapie du Québec, Elsayed a été arrêté par la police de Montréal à la mi-octobre pour agressions sexuelles. Il a été libéré le lendemain de son arrestation sous promesse de comparaître.