/news/education
Navigation

94 M$ d’argent public pour offrir des formations privées

Un nouveau pavillon de HEC à Montréal permettra de proposer des diplômes à 89 000 $

HEC anglais
Photo d'archives Chantal Poirier HEC Montréal est basé au nord du mont Royal, mais aura bientôt un pavillon au centre-ville grâce à un investissement du gouvernement.

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | Le gouvernement Couillard a allongé 94 millions $ dans un nouveau pavillon de HEC au centre-ville de Montréal pour des formations privées offertes à des cadres à 89 000 $ le diplôme, a appris Le Journal.

L'investissement de fonds publics dans cette aventure au cœur du quartier des affaires, près de la basilique Saint-Patrick, a été vivement dénoncé par les universités concurrentes.

Rappelons que trois autres facultés de gestion ont pignon sur rue dans le secteur: l'Université du Québec à Montréal (UQAM), Concordia et McGill.

Les programmes offerts dans ces nouveaux locaux tout neufs visent principalement des gestionnaires expérimentés.

«Dans ce nouvel édifice, on va offrir des formations qui sont distinctives et spécialisées, on parle de programmes de MBA et de EMBA (Executive MBA), on parle de l'École des dirigeants, donc tout ce qui s'adresse aux professionnels cadres dirigeants qui veulent avoir une formation, bonifier leur cursus scolaire», précise la porte-parole de HEC, Julie Lajoye.

D'une durée de 15 mois, le EMBA en question est un programme privé à 89 000 $ offert uniquement aux cadres supérieurs ayant au moins 10 ans d'expérience. L'École des dirigeants de HEC offre divers cours de perfectionnement aux gestionnaires à près de 1000 $ la journée dans certains cas.

Mauvais investissement

Le recteur de l'Université du Québec à Montréal (UQAM) estime que c'est une bien mauvaise utilisation de fonds publics.

«Ça veut dire qu'on investit beaucoup d'argent du côté gouvernemental pour très peu de personnes qui, en plus, sont probablement très bien nantis», plaide Robert Proulx, en entrevue avec notre Bureau parlementaire.

Le numéro un de l'UQAM soutient que le rôle de l'État, c'est d'abord et avant tout d'assurer l'éducation pour tous.

Le doyen de l'École des sciences et de la gestion de l'UQAM, Stéphane Pallage, signale que 94 millions $, c'est l'équivalent de près de deux ans de compressions dans l'ensemble du secteur universitaire.

«Il y a quelque chose d'assez indécent dans cet investissement public, peste-t-il. On ne devrait pas mettre d'argent public pour financer des programmes privés.»

Il souligne également que l'UQAM, elle, s'est fait refuser un projet d'agrandissement le printemps dernier.

Au bureau de la ministre Hélène David, on signale que HEC est l'université qui manque le plus d'espace.

Malgré l'explication fournie par la porte-parole de HEC, l'attaché de presse de la ministre de l'Enseignement supérieur assure que l'université offrira en majorité des programmes financés dans ses nouveaux locaux. Le EMBA «représentera 0,3 % de la quantité d’étudiants qui fréquentent HEC», insiste Thierry Bélair.

Ce qui avait été annoncé le 17 octobre

  • Le gouvernement autorise HEC Montréal à élaborer le dossier d'affaires pour son projet de nouvel édifice au centre-ville de Montréal
  • Québec annonce un investissement public de 94 millions $ pour le nouveau pavillon qui doit sortir de terre dans le quartier des affaires, près de la basilique Saint-Patrick
  • La Fondation de HEC compte investir de son côté 70 millions $ dans l'aventure