/weekend
Navigation

Rêver un jour à la fois

Rêver un jour à la fois

Coup d'oeil sur cet article

Si le Théâtre Duceppe a l’habitude de présenter une pièce de Noël, à cette période de l’année, on changera cette fois la coutume. C’est plutôt une histoire campée dans un hospice mettant de l’avant trois vétérans de la Première Guerre mondiale que l’on présentera. On constatera, avec un brin de nostalgie, que les trois hommes ont peu de distractions, à part celle de rêver d’un autre monde.

La pièce de l’auteur français Gérald Sibleyras, écrite en 2003, a été à l’affiche non seulement en France, mais aussi aux États-Unis et a été lauréate de quelques prix. Elle rend hommage à trois vétérans fictifs, des hommes qui ont été des héros à leur époque.

Campée à l’été 1959, on retrouvera Henri, Philippe et Gustave, ­personnifiés par Michel Dumont, Marc Legault et Guy Mignault.

«Jour après jour, les trois hommes se ­retrouvent sur la terrasse de l’hospice», révèle le comédien Michel Dumont. «Ils ont tous les trois des personnalités très différentes.»

Gustave, est plutôt bougonneux et sa santé est vacillante. Philippe, lui, perd connaissance à de multiples occasions en raison d’un éclat d’obus reçu au crâne alors qu’il était au front. Quant à Henri, il est le plus optimiste des trois. C’est un vieux garçon qui déborde de candeur. «On parle très peu de ces héros de guerre aujourd’hui», constate le comédien. «Ils sont souvent laissés pour compte.»

Le pouvoir de rêver

«C’est une pièce sur le désir et sur le fait de rêver», estime Michel Dumont. «Certaines personnes de cet âge ne font rien d’autre qu’attendre la mort», ­rappelle l’acteur, qui ajoute qu’ici on se trouve devant des individus qui ont encore le courage de rêver et d’imaginer des plans.

On les verra se plaindre beaucoup, ­notamment de leur infirmière Sœur Madeleine, mais ils ne font pas que ­critiquer. Ils évoquent aussi leurs actes héroïques du passé. Surtout, les trois anciens militaires ont encore la force de souhaiter améliorer leur condition de vie en rêvant d’aventure.

«Cette pièce rappelle celle de Samuel Beckett, En attendant Godot», soutient le comédien. «On parle, on fait des plans, on imagine des choses, mais on ne fait rien d’autre.»

Vouloir s’évader

Parmi leurs rêves les plus fous se ­trouve celui de s’évader de l’hospice afin d’avoir accès au monde entier, ­désormais inaccessible. «On les verra imaginer des plans qui frisent la folie», fait remarquer Michel Dumont. Dans les faits, les trois héros de guerre n’ont pratiquement pas de famille. L’un d’eux a une sœur, mais il a coupé les ponts avec elle.

Le texte de l’auteur apporte des ­moments de tendresses et quelques ­instants plus tristes empreints d’une belle nostalgie.

«Même s’ils rêvent beaucoup et qu’ils ont beaucoup d’imagination, finalement, ils n’iront nulle part», conclut-il.

Les héros 

 

Auteur: Gérald Sibleyras   
 
Mise en scène: Monique Duceppe  
 
Distribution: Michel Dumont, Marc Legault et Guy Mignault
 
À l’affiche du 14 décembre 2016 au 4 février 2017
 
Au théâtre Duceppe