/weekend
Navigation

Les dix pièces à succès de 2016

Coup d'oeil sur cet article

Parmi la grande panoplie de pièces qui ont pris l’affiche en 2016 dans les théâtres de la métropole, plusieurs d’entre elles se sont démarquées. Des pièces portées par le drame, l’humour, ou encore la réflexion ont séduit les spectateurs. Voici notre palmarès des dix pièces où le talent des auteurs, des acteurs ou des metteurs en scène nous a éblouis durant l’année.

GLENGARRY GLEN ROSS

Photo courtoisie

C’est en début d’année 2016 que l’excellente pièce Glengarry Glen Ross, prenait l’affiche au Théâtre du Rideau Vert. Écrite par l’auteur américain David Mamet, cette version québécoise mettant en vedette Denis Bouchard et Éric Bruneau a séduit ses spectateurs principalement en raison de l’excellent texte et de la performance des acteurs. Campée dans les années1980 dans le North Side de Chicago, l’histoire nous plonge dans l’univers d’une agence immobilière spécialisée dans la vente de terrains. Une guerre impitoyable était livrée entre un vieux routier et un jeune loup démontrant le côté moins reluisant du monde capitaliste. Outre le talent des comédiens, la mise en scène de Frédéric Blanchette était des plus efficaces.

RACE

Photo courtoisie

Le Théâtre Duceppe a fait un choix judicieux en présentent la pièce Race, un drame judiciaire remarquable. La prémisse rappelant l’affaire DSK, où un homme d’affaires, blanc et fortuné était accusé d’avoir violé une jeune femme noire dans une chambre d’hôtel new-yorkais était des plus actuelles. Les têtes d’affiche, Benoît Gouin et Frédéric Pierre, n’ont déçu personne. La pièce comptait plusieurs thèmes, dont le racisme, la discrimination et les divers conflits entre avocats. Bref, une excellente pièce, criante de vérité.

UNE FEMME À BERLIN

Photo courtoisie

Si cette pièce était difficile à voir en raison de son propos, elle était néanmoins des plus pertinentes. Mettant en vedette Sophie Desmarais entourée d’Évelyne de la Chenelière, de Louise Laprade, de Frédéric Lavallée et d’Évelyne Rompré, la pièce révélait le journal intime de Marta Hillers, une jeune journaliste allemande. Rédigé en 1945, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, le récit raconte les mois tragiques où la ville de Berlin est tombée aux mains des soldats russes. Les femmes qui vivaient entassées dans des abris souterrains avaient à peine de quoi se nourrir et se faisaient violer à répétition par les soldats russes. Montée par Brigitte Haentjens et présentée par l’Espace Go, cette pièce était sans doute la plus poignante de la saison.

ROMÉO ET JULIETTE

Photo courtoisie

Présentée dans le cadre de Juste pour rire, cette coproduction d’envergure avec le TNM a ravi son public. Ce grand classique de Shakespeare qui traverse les époques est toujours apprécié. C’est d’autant plus vrai lorsque les deux têtes d’affiche sont si bien choisies et que la chimie opère sur scène. Philippe Thibault-Denis et Marianne Fortier entourés d’une vingtaine de comédiens nous ont transportés dans une histoire d’amour grandiose, tandis que la mise en scène de Serge Denoncourt, campée dans l’Italie des années 1930, était sans faille.

887

Photo courtoisie

Très certainement, la meilleure pièce de l’année, acclamée par la critique et le public. Le célèbre metteur en scène Robert Lepage qui se trouvait en solo sur les planches du TNM au printemps dernier a réussi à séduire tout un chacun avec sa création, 887. Débordante d’imagination, la pièce qui retrace l’enfance du créateur qui résidait au 887 avenue Murray à Québec, comptait également d’importants faits historiques qui ont marqué la belle province. Utilisant le multimédia et différents jeux de caméra, le spectacle était captivant en plus d’être infiniment touchant. Une très grande réussite!

JE PRÉFÈRE QU’ON RESTE AMIS

Photo courtoisie

Dans un tout autre registre, la comédie romantique, Je préfère qu’on reste amis, mise en scène par Denise Filiatrault et présentée au Théâtre du Rideau Vert était des plus agréables. Même si le ton était léger, cette pièce, écrite par le célèbre animateur français Laurent Ruquier, nous a fait passer un bon moment principalement en raison des deux personnages campés par Geneviève Schmidt et Patrick Hivon. Les deux protagonistes nous ont charmés par leur authenticité qui nous rappelait ce que la vraie vie nous réserve souvent.

TARTUFFE

Photo courtoisie

Le TNM a amorcé sa rentrée automnale avec un grand classique de Molière. Bien que la pièce ait été écrite en 1669, le metteur en scène Denis Marleau a choisi de camper sa pièce dans les années 1960, offrant ainsi une proposition théâtrale qui sortait du registre habituel. Mais c’est particulièrement l’excellente performance d’Emmanuel Schwartz en Tartuffe, et d’Anne-Marie Cadieux qui personnifiait l’épouse d’Orgon, qui ont fait le succès de cette pièce. Comme dans toute bonne pièce de Molière, les situations cocasses ont amusé les spectateurs.

1984

Photo courtoisie

Les comédiens, Maxim Gaudette et Alexis Martin ont réussi à capter l’attention des spectateurs avec l’adaptation sur les planches du célèbre roman de George Orwell, 1984, qui était à l’affiche en fin d’année au Théâtre Denise-Pelletier. La société de surveillance imaginée par l’auteur mettant de l’avant le fameux Big Brother était des plus actuelles. Bien que le livre fût considéré comme étant de la science-fiction en 1949, au moment de sa publication, le sujet est aujourd’hui troublant de vérité. La mise en scène d’Édith Patenaude a été appréciée pour son originalité et ses effets visuels.

LA SOURICIÈRE

Photo courtoisie

Le suspense policier signé Agatha Christie La souricière est une autre pièce qui s’est démarquée tant pour son texte incroyablement bien ficelé que pour la performance des acteurs, dont, Jean L’Italien et Stéphanie Crête-Blais. Ce thriller parvient, par son intrigue, à tenir en haleine les spectateurs jusqu’à la toute fin de la pièce tandis qu’un double meurtre doit être élucidé. Bonne nouvelle pour ceux qui l’ont manqué, cette pièce sera en tournée un peu partout au Québec tout au long de l’année 2017.

REVUE ET CORRIGÉE

Photo courtoisie

On a bouclé l’année au Rideau vert avec la douzième édition de la traditionnelle revue de l’année qui, une fois encore, a ébloui son public. Les six comédiens au talent d’imitateurs exceptionnel sont parvenus à souligner, par le biais de nombreux tableaux, projections et chansons, les faits les plus marquants de l’année 2016. Les comédiens, Amélie Grenier, Martin Héroux, François Maranda, France Parent, Julie Ringuette et Marc St-Martin, sous la direction du metteur en scène Alain Zouvi, ont tous offert des performances époustouflantes. Le spectacle est d’ailleurs toujours à l’affiche, et ce, jusqu’au 7 janvier 2017.