/news/society
Navigation

Les industries devront se transformer ou disparaître

La «révolution technologique» touche tous les secteurs

La ministre Dominique Anglade insiste : «Tous les secteurs vont être appelés à se transformer ou ce sera la fin du secteur».
Photo d'archives, Simon Clark La ministre Dominique Anglade insiste : «Tous les secteurs vont être appelés à se transformer ou ce sera la fin du secteur».

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | Des secteurs industriels vont disparaître s’ils ne se transforment pas, prévient la ministre responsable de préparer le Québec à la «révolution technologique», Dominique Anglade.

«Toutes les industries sont touchées», a précisé en entrevue la ministre de l’Économie, de la Science, de l’Innovation et de la Stratégie numérique.

«Tous les secteurs vont être appelés à se transformer ou ce sera la fin du secteur», ajoute-t-elle.

La ministre était appelée à commenter le dossier publié le 31 décembre par Le Journal à propos de technologies, dont les robots, qui menacent près d’un emploi sur deux, et les voitures autonomes, qui transformeront la manière dont on se déplace.

«L’arrivée d’une nouvelle technologie est pressentie bien avant son implantation, mais lorsqu’elle s’implante, le changement est draconien», lance-t-elle.

Comment éviter de subir les effets pervers de la révolution? «L’important, c’est de ne pas perdre notre leadership au niveau de la recherche», répond-elle d’abord.

Nouvelle réalité

Deuxièmement, «il faut évidemment s’adapter à la nouvelle réalité». [...] «Notre fiscalité est bâtie sur le fait qu’on a des entités physiquement installées sur le territoire. [...] À un moment donné, il faudra revoir nos outils fiscaux pour nous adapter, on n’aura pas le choix.»

La ministre veut éviter d’agir dans la précipitation.

Pour les voitures autonomes, par exemple, Mme Anglade souligne qu’elles n’ont pas été testées dans les conditions hivernales québécoises. «C’est évident que c’est à nos portes, [...] mais il y a plein d’éléments qui devront être maîtrisés avant qu’on en arrive à une réelle transformation de la société», explique-t-elle.

«Nous avons de grandes forces ici sur le plan des véhicules innovants, notamment l’hydroélectricité.»

Est-ce que la construction d’un troisième lien entre Québec et Lévis ou l’élargissement d’autoroutes deviennent futiles si les voitures autonomes s’en viennent? «Est-ce qu’on bâtit pour une société qui a juste des autos qui se conduisent seules ou on bâtit avec la réalité d’aujourd’hui? On est obligé de prendre les deux en considération», dit la ministre.