/finance/business
Navigation

100 PDG ont déjà gagné votre salaire de l’année!

L’augmentation record cette année est attribuable en partie à celle de l’ancien PDG de Valeant, Michael Pearson.
PHOTO D'ARCHIVES, MARTIN ALARIE L’augmentation record cette année est attribuable en partie à celle de l’ancien PDG de Valeant, Michael Pearson.

Coup d'oeil sur cet article

Avant midi le 3 janvier, les 100 PDG les mieux payés au Canada ont gagné davantage que le salaire annuel d’une majorité de Canadiens.

Avec une rémunération de 9,5 millions $ en moyenne en 2017, ces dirigeants battent un nouveau record, selon le Centre canadien de politiques alternatives, un organisme basé à Ottawa.

Mardi, à 11 h 47, ces grands patrons ont déjà gagné 49 510 $, soit le salaire moyen des Canadiens. L’an dernier, cela leur avait pris une heure de plus (à 12 h 18).

Les 100 dirigeants les mieux payés des entreprises inscrites à l’index TSX gagnent 193 fois plus que la moyenne nationale. «Bien que l'indignation du public à l'égard de la rémunération exorbitante des PDG au Canada continue sans relâche, surtout depuis la grande récession de 2008-2009, leur rémunération continue d’augmenter», dit l’économiste Hugh Mackenzie, du Centre canadien de politiques alternatives.

Le plafond de verre existe toujours dans ce club d'élite. Seulement deux femmes font partie des 100 PDG les mieux payés. «Depuis 10 ans, rien n'a changé», dit Hugh Mackenzie, qui déplore «l'absence de leadership» des entreprises. Il estime que c’est au gouvernement de mettre en place des lois pour freiner la flambée de salaires des hauts dirigeants. Il croit que le Canada devrait prendre exemple sur l’État de l’Oregon, qui va facturer une surtaxe aux entreprises dont les PDG gagnent plus que 100 fois le salaire moyen des travailleurs.

L’ironie de l’histoire: l’augmentation record cette année est attribuable en partie à celle de l’ancien PDG de Valeant, Michael Pearson. La pharmaceutique, dont le siège social est à Laval, a connu divers problèmes avec la justice américaine cette année. Son titre a perdu près de 90 % de sa valeur boursière en 2016.