/opinion/blogs/columnists
Navigation

Un Bêtisier 2016 plus inclusif

Un Bêtisier 2016 plus inclusif

Coup d'oeil sur cet article

(ci-haut, Richard Martineau et Léo-Paul Lauzon au Beachclub de Pointe-Calumet pour Les Francs-Tireurs. Il faut lire jusqu'à la fin pour savoir pourquoi j'ai choisi cette photo)

En ce début d'année, j’aurais préféré parler de licornes et de bisounours, de voies ensoleillées et d’espoirs heureux pour 2017. Mais la petite réalité bien de chez nous m’a rattrapée sous la forme d’une chronique de Mario Girard ce matin dans La Presse + sur les émissions de fin d’année.

Mario Girard a préféré le Bêtisier 2016 animé par Olivier Niquet (La Soirée est encore jeune) et diffusé sur Ici Radio-Canada Première au Bye Bye.

'Les bêtisiers sont appréciés du public, car la bêtise y apparaît à l'état brut. Elle ne se cache pas derrière des perruques, des maquillages ou des prothèses. Elle est là, toute nue, toute crue, sortant de la bouche de ses auteurs. Elle apparaît dans toute sa splendeur, toute son ignominie' écrit-il.

Moi aussi j’ai écouté ce Bêtisier, une excellente initiative, accro que je suis, comme monsieur Girard, à l’émission Wipe, l’impitoyable et drôlissime bêtisier de la BBC. Mais j’ai vite compris que, contrairement à l’animateur de Wipe, Olivier Niquet n’allait pas tirer sur tout ce qui bouge, comme le fait la BBC, la droite, la gauche et la reine included.

L’émission aurait pu s’appeler le Bêtisier de la droite québécoise 2016. Dans cet univers parallèle, il n’y a que les Richard Martineau, Éric Duhaime, Jeff Fillion, Isabelle Maréchal, Sam Hamad et Mélanie Joly qui disent des niaiseries dignes d’être répétées et commentées avec un sarcasme qui déborde sur leurs fans. 

Même Bernard Drainville serait devenu infréquentable depuis qu’il anime une émission à Québec, au FM 93, avec Éric Duhaime.

Les plus-que-parfaits

Du côté des politiciens, si comprends bien, jamais une opinion stupide, ou une information tronquée, ne sort de la bouche d’Amir Khadir. Des animateurs culturels porte-étendards de la gauchitude radio-canadienne, Patrick Masbourian et Marie-Louise Arseneault pour ne nommer que ceux-là, ne disent que des choses vraies et profondes.

C’est bien plus facile de ridiculiser Isabelle Maréchal quand elle invite ses auditeurs à donner leur opinion sur l’affaire Jutra – après tout, elle anime une tribune téléphonique – que de se moquer des niaiseries plaquées or de Lise Payette sur le même sujet.

Le Bêtisier a bien noté quelques épisodes de déparlage chez des gens de gauche – dont l’hilarant ‘en tant que féministe qui roule sa boule' de Manon Massé, une femme que j’estime, mais rien qui aurait pu remettre en question capacités intellectuelles, connaissances ou opinions.

Heureusement, il a été impossible de soustraire Alain Gravel, le roi du malaise radiophonique, aux griffes du Bêtisier. La bêtise dans son cas, c’est qu’il anime encore une émission de radio.

Oui à un bêtisier qui n’épargne personne, dont les scripteurs ne se prennent pas pour des pourfendeurs d’anti-intellectualisme, qui ne voient pas les auditeurs de radios et de télés populaires privées comme des imbéciles ‘qui s’en foutent’ quand on leur fait consommer de la mauvaise information ou qui sont assez minables pour avoir vu Trois petits cochons 2.

Je dois, une fois encore, répéter les sages paroles de René Lévesque qui disait se méfier des gens qui disent aimer le peuple mais qui n’aiment pas ce que le peuple aime.

Tout ce beau monde a droit à ses opinions – incluant Olivier Niquet, qui aime donner son opinion sur ceux et celles dont c'est le métier de donner leur opinion - et loin de moi l’idée de vouloir censurer qui que ce soit ou quoi que ce soit, mais j’aurais préféré un peu plus d’équilibre dans le choix des cibles, à la manière de Jean-René Dufort.

Et je me désole que le chroniqueur de La Presse n’a pas vu la dimension 'dîner de cons' de l'émission.

Le syndrome de Saint-Thomas

Un bon point : l’animateur a invité les auditeurs à douter de ce qu’ils entendent, lisent et voient dans les médias. Un judicieux conseil qui m’a rappelé la présence persistante en ondes d’une journaliste de Radio-Canada qui a reçu une dizaine de blâmes en deux ans de son propre ombudsman pour reportages biaisées ou comportant de fausses informations. Doutez oui, mais doutez de tout le monde.  

Et pour clore, j’inviterais un futur animateur du Bêtisier à éviter de se moquer de l’évasion fiscale chez Québecor si, en cours d’année, il a été conférencier lors d’un gala à la gloire d’une des entreprises québécoises championnes des ‘schemes' pour payer le moins d’impôts possible.

Je cite à cet effet le professeur Léo-Paul Lauzon dans le Journal de Montréal, le 7 mai 2012 et mis à jour le 24 octobre 2013 :

‘...Transcontinental, qui réalise des profits de plus de 100 millions $ chaque année, ne paiera pas d’impôts sur le revenu, ni au fédéral, ni à Québec au cours des deux prochaines années...

... Grâce à l’utilisation de pertes fiscales acquises de d’autres compagnies, un subterfuge fiscal condamné récemment par l’OCDE et qui, en 2000 seulement, aurait occasionné des pertes fiscales pour les gouvernements de plusieurs milliards $...

‘Et ce n’est pas fini amis lecteurs. Transcontinental a dernièrement récidivé (14 mars 2012) grâce à l’utilisation éhontée et immorale de transactions inter-compagnies (dont certaines filiales incorporées dans des paradis fiscaux notoires) et de prix de cession interne, dont le seul objet est de transférer des profits et de ne pas payer d’impôts et de taxes, conteste «énergiquement» une réclamation du fisc de 58 millions  $’.

Et le prof Lauzon termine sa chronique en souhaitant un débat avec des journalistes de Transcontinental. ‘Assuré que Richard Martineau à LCN jubilerait à l’idée d’un tel échange.’

Vivement un Bêtisier 2017 co-animé par Richard Martineau, Léo-Paul Lauzon et Olivier Niquet. Pourquoi pas ? Je ferai la modération.