/sports/hockey/canadien
Navigation

«C’est inacceptable de ma part» -Jeff Petry

Jeff Petry
Photo d’archives, martin chevalier Jeff Petry

Coup d'oeil sur cet article

Jeff Petry connaît possiblement sa meilleure saison dans l’uniforme du Canadien. Mais lundi, il n’avait rien du défenseur fiable qu’il est habituellement.

L’Américain, qui s’est fait prendre à contre-pied sur les deuxième et troisième buts des Capitals, n’a pas cherché à se défiler à son retour au vestiaire.

«C’est inacceptable de ma part. Je me suis mis dans une mauvaise position. Je me suis fait prendre, immobile», a expliqué Petry en décrivant de quelle façon Evgeny Kuznetsov s’est moqué de lui, avant ­d’enfiler le second but des visiteurs.

Ce but a eu l’effet d’une douche froide sur le Canadien qui venait, 54 secondes auparavant, de niveler la marque d’une rencontre où il avait été dominé.

«C’est certain que c’est un but qui a fait mal. Cependant, nous devons être plus forts mentalement. Il restait encore plusieurs minutes. C’était à nous de continuer de travailler», a mentionné Paul ­Byron.

Chute d’adrénaline

Pourtant, c’est justement cette force de caractère qui a permis au Tricolore de récolter 10 points sur une possibilité de 14 lors de son dernier périple.

Grâce, entre autres, à trois victoires en prolongation.

«Physiquement et mentalement, nous n’étions pas alertes. En partant, j’ai vu que nous n’avions pas le même niveau d’exécution et de concentration. On perdait beaucoup de rondelles», a fait remarquer Michel Therrien, dans son ­analyse d’après-match.

«C’est difficile à expliquer, mais il arrive souvent que le premier match suivant un voyage soit exigeant et que l’adrénaline descende d’un degré», a-t-il ajouté.

De son côté, Mark Barberio refusait de s’en remettre à la fatigue pour expliquer cette performance plus amorphe.

«Il y a seulement Carey (Price) qui s’est présenté ce soir (lundi), a soutenu le Montréalais. On a eu congé, hier (dimanche). Ce matin (lundi), on a déployé une belle intensité à l’entraînement. Alors, je ne crois pas que la fatigue peut nous servir d’excuse.»

«Ils ont simplement travaillé plus fort que nous. Ils fermaient le jeu rapidement et leur transition était efficace. Beaucoup plus que la nôtre», a-t-il ajouté.

Markov n’est « pas rendu là »

Si les rendez-vous à l’infirmerie sont terminés pour Byron, difficile de prévoir quel sera le prochain joueur à obtenir son congé.

Andrew Shaw, Alex Galchenyuk et Andreï Markov ont participé à l’entraînement matinal avec des chandails réguliers. Ce qui est de bon augure. Toutefois, Markov ne semblait pas convaincu de monter à bord de l’avion qui amènera le Canadien à Winnipeg cet après-midi.

«Le but du voyage à Toronto était de m’entraîner avec l’équipe. On avait eu beaucoup de matchs et pas beaucoup de temps pour s’entraîner. Donc, on verra demain (aujourd’hui)», a-t-il affirmé.

Puisque le Tricolore disputera une ­autre série de deux matchs en 24 heures lors de ce court périple qui le mènera ensuite au Minnesota, il serait surprenant que les entraînements matinaux soient très rigoureux.