/world/europe
Navigation

Dieselgate: un cadre de Volkswagen arrêté aux États-Unis

FILES-GERMANY-EU-VOLKSWAGEN-EMISSIONS-POLLUTION-DIESEL
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Un cadre de Volkswagen a été interpellé aux États-Unis dans l’affaire sur le scandale des moteurs diesel truqués, a rapporté lundi le New York Times.

Des agents du FBI ont arrêté samedi en Floride Oliver Schmidt, qui a dirigé le service de conformité réglementaire du constructeur automobile allemand aux États-Unis de 2014 à mars 2015, selon le quotidien américain se référant à deux sources anonymes proches du dossier.

Le groupe Volkswagen n’a pas confirmé ces informations, se contentant de réaffirmer sa coopération avec le Département américain de la Justice pour «résoudre les questions en suspens aux États-Unis». «Il ne serait pas approprié de commenter une enquête en cours ou de discuter de questions relatives au personnel», a ajouté le constructeur allemand dans une réponse écrite à l’AFP.

Le premier constructeur automobile européen avait reconnu en septembre 2015 avoir équipé 11 millions de ses voitures diesel, dont environ 600 000 aux États-Unis, d’un logiciel faussant le niveau réel d’émissions de gaz polluants pour faire apparaître ses voitures plus vertes qu’elles ne l’étaient vraiment.

Selon les autorités américaines, certaines de ces voitures émettaient jusqu’à 40 fois les normes autorisées d’oxydes d’azote.

D’après le New York Times, les enquêteurs américains soupçonnent M. Schmidt d’avoir joué un rôle clé dans les efforts de Volkswagen pour masquer au régulateur américain cette fraude aux émissions polluantes. Ce cadre devrait être inculpé lundi à Detroit, affirme encore le journal.

Herbert Diess, patron de la marque Volkswagen, a par ailleurs été interrogé à Detroit par des journalistes dimanche soir, avant l’ouverture du salon automobile américain, sur de possibles arrestations d’ingénieurs de Volkswagen dans le cadre du dieselgate et sur la crainte présumée de certains responsables du groupe de se rendre aux États-Unis pour cette raison.

«Je ne peux pas faire de commentaire», a répondu M. Diess, ajoutant: «en tout cas, je suis ici».

Depuis qu’il a reconnu l’existence de logiciels tricheurs, Volkswagen a promis de coopérer avec les autorités américaines sur ce dossier.

La marque allemande, dont l’image a été abimée par le scandale, a annoncé lundi une hausse de 3% de ses ventes mondiales de voitures en 2016 (à 5,99 millions de véhicules), grâce à l’engouement des clients chinois pour ses modèles.