/news/politics
Navigation

Le français interdit au sein d’ÉCJ: le Bloc québécois s’indigne

Mario Beaulieu
Photo d'archives AGENCE QMI Mario Beaulieu

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA - Le Bloc québécois s’est indigné, lundi, que les joueurs francophones aient été dissuadés de s’exprimer en français lors du Championnat du monde de hockey junior, qui s’est conclu jeudi dernier avec une médaille d’argent pour le Canada en grande finale contre les États-Unis.

Dans une entrevue diffusée sur les ondes de TVA Sports à l’issue du tournoi, un des sept joueurs francophones de l’équipe a souligné qu’il n’avait «pas le droit» de s’exprimer dans sa langue dans le vestiaire.

«Tu parles aucunement français, t'as pas le droit, vu que pour tout le monde, la langue première, c'est l'anglais là-bas, a déclaré une des vedettes du tournoi, le Québécois Julien Gauthier. À un moment donné, t'essaies de parler en français avec tes chums, mais tu peux pas.»

La déclaration a fait bondir le porte-parole du Bloc québécois en matière de langues officielles, Mario Beaulieu.

«Encore en 2017, il y a supposément deux langues officielles au Canada, mais il y en a une qu’il faut laisser derrière à la maison», a-t-il pesté, lundi dans une déclaration écrite. C’est ça, être traité en citoyen de seconde classe.»

M. Beaulieu a estimé que la déclaration du jeune hockeyeur démontre la pertinence de former des équipes québécoises pour représenter la province dans les compétitions sportives internationales.