/news/politics
Navigation

19 moments mémorables de la carrière de Stéphane Dion

19 moments mémorables de la carrière de Stéphane Dion
PHOTO PHILIPPE-OLIVIER CONTANT

Coup d'oeil sur cet article

Exclu du nouveau conseil des ministres de Justin Trudeau, Stéphane Dion quitte la politique active. Voici quelques uns des moments marquants et cocasses de son parcours politique et médiatique. 

#1 Militant... souverainiste!

Le jeune Stéphane Dion voulant, selon son propre aveu, défier son père fédéraliste, Léon Dion (éminent politologue ), montre d’abord des sympathies souverainistes. Il va même faire du porte-à-porte pour le PQ. 
 
#2 Ses apparitions à l’émission Le point 
 
Dès 1992, Dion est invité à donner son point de vue à l’émission Le point à Radio-Canada. Ses prises de positions fédéralistes ont été remarquées par Aline Chrétien, la femme de Jean Chrétien. Elle parvint même à convaincre son mari d’intégrer ce jeune intellectuel au sein du PLC. 
 
 

#3 Sa première élection

Le 25 janvier 1996, le poulain de Jean Chrétien est élu pour une première fois dans une élection partielle dans l’ancienne circonscription Saint-Laurent—Cartierville.

#4 Nommé ministre des Affaires intergouvernementales

Dès son élection, Jean Chrétien le nomme ministre des affaires intergouvernmentales. Il tiendra un rôle-clé dans la promotion de l’Unité Canadienne. 

#5 Querelle avec les souverainistres à coup de lettres dans les journaux
 
En 1997, délégué par Jean Chrétien pour répondre aux souverainistes dans les médias, il s’engagea dans une échange épistolaire avec Lucien Bouchard, alors premier ministre du Québec, et Jacques Brassard, alors ministre des affaires intergouvernementales du Québec.
 
#6 La loi sur la clarté référendaire
 
Le 29 juin 2000, le gouvernement fédéral accouche de la «loi C-20», chapeauté par Dion, qui détermine si la question posée à un éventuel référendum sur la sécession d'une province est suffisamment claire dans son libellé. De plus, la loi détermine aussi si la majorité exprimée à l'issue du vote est assez claire.  
 
#7 Élu chef du Parti libéral 
 
L'emportant de justesse devant Michael Ignatieff, Dion se hisse à la tête du parti qui l'avait accueilli 10 ans plus tôt. Il en restera chef du 2 décembre 2006 au 8 décembre 2008. 
 
La Une du 3 décembre 2006
19 moments mémorables de la carrière de Stéphane Dion
 
#8 Citoyen... français!
 
Par sa mère, Stéphane Dion possède aussi la citoyenneté française. En 2006, des députés de l'opposition l'incitent à renoncer à cette double-citoyenneté. Dion se défend en s'affirmant «100% pour le Canada d’abord.»
 
#9 Dure défaite 
 
À l’élection de 2008,  les libéraux obtiennent un des scores électoraux les plus faibles de leur histoire. Les troupes de Stéphane Dion préservent 14 sièges au Québec.
 
#10 Démission tant attendue 
 
Une semaine après la déconfiture du parti aux élections d'octobre 2008, Stéphane Dion renonce à la chefferie libérale. Il garde son poste de député.
 
#11 La fois où sa femme s'en prend... au Parti libéral! 
 
En 2009, son épouse, Janine Krieber, critique sévèrement le Parti libéral sur sa page Facebook. Elle accuse le PLC d'avoir refusé la coalition avec les autres partis d’opposition pour renveser les conservateurs de Stephen Harper.
 

Voici maintenant quelques-uns de ses meilleurs moments médiatiques

 

#12 La fois où il a raconté une joke poche aux Francs Tireurs

Au cours d’une entrevue aux Francs Tireurs en 2007, Stéphane Dion s’est «lâché lousse» et a raconté une blague à Patrick Lagacé.

La voici:

PL: «Pour le plaisir de la chose, une dernière joke.»

SD: «Vous avez à coucher votre enfant, il ne veut pas dormir, s’il n'a pas entendu une histoire. Savez-vous quelle est l'histoire la plus courte au monde?»

PL : «Non, j'ai ce problème-là des fois.»

SD: «Je ne l'aime pas parce que j'aime les chiens, mais en tout cas... Connaissez-vous l'histoire de Paf, le chien?»

PL:  «Non !»

SD: «L'auto passe et paf, le chien! Maintenant, tu dors. Tu l'as eue ton histoire.»

PL: «Elle n'est pas drôle.»

#13 La fois où il a parlé «espagnol»

Visiblement, Stéphane Dion a beaucoup de vocabulaire... Il invente même des mots!

#14 La fois où il a parlé «anglais»

Il est presque aussi fluide en anglais qu'en espagnol! 

#15 La fois où il ne comprenait vraiment pas la question d’un journaliste de CTV

On va se le dire, l’Anglais n’est définitivement pas sa force... 

#16 La fois où il ne voulait plus parler à CTV

Et il est rancunier!

#17 La fois où il s’est adressé à la nation en étant très mal cadré...  

Oups!

#18 La fois où il se trouvait vraiment «too cool»

...Mais il a beaucoup moins d’amis Facebook que Denis Coderre!

Et enfin...

#19 La fois où il aurait mangé un hot-dog avec un couteau et une fourchette!

La rumeur veut que Stéphane Dion ait mangé, en 2007, un des célèbres hot-dogs de Kelekis à Winnipeg avec des ustensiles... ce qui en aurait fait sourciller plusieurs!