/opinion/columnists
Navigation

Le «courage» de Meryl Streep

Le «courage» de Meryl Streep
Photo WENN.com

Coup d'oeil sur cet article

On savait que Meryl Streep était une excellente comédienne. On sait maintenant qu’elle est aussi très «courageuse».

En effet, lors de la dernière cérémonie­­ des Golden Globes, la comédienne aux mille trophées a prononcé un long discours contre... Donald Trump!

Wow.

Quel culot. Quelle audace. Quelle originalité­­.

Vraiment, j’en suis tombé en bas de ma chaise.

Un discours contre Trump dans une remise de prix!

Je ne l’avais jamais vue venir, celle-là...

COUP DE CIRCUIT ASSURÉ

Je suis sarcastique, bien sûr.

Critiquer Donald Trump à Hollywood­­, c’est comme dénoncer McDo dans un congrès de végétariens. Tu es sûr que tout le monde va t’applaudir.

Il n’y a rien de plus facile ni de plus convenu.

Tu ne risques strictement rien. C’est un coup de circuit assuré.

Comme chialer contre Ottawa au party de la Saint-Jean.

Ça me fait penser à la fois où je me suis déguisé en évêque au Défilé de la fierté gaie, pour critiquer l’homo­phobie de la religion catholique.

Je me pensais bien drôle. Et ô combien audacieux!

Le lendemain, Gilles Proulx m’avait envoyé un mot pour me dire que ce que j’avais fait était super facile. «Le vrai courage aurait été de te déguiser en imam pour critiquer l’homophobie de l’islam. Mais ça, Richard, tu n’aurais­­ jamais osé le faire. Trop dangereux­­.»

Gilles avait – bien sûr – parfaitement raison.

J’avais choisi la voie facile. Je savais que tout le monde allait trouver mon gag très drôle.

Rien de mieux que de causer une controverse qui n’est pas contro­­versée. Tu as l’air courageux, alors que tu ne risques strictement rien.

Tu as le beurre et l’argent du beurre.

TOUS DU MÊME BORD

Critiquer Trump, c’est comme dire que tu es pour l’environnement.

Qui est contre l’environnement?

Ou alors te promener avec un bra­celet disant à qui veut l’entendre que tu appuies la lutte au cancer.

Qui est pour le cancer, saint bordel?

À Hollywood, critiquer publiquement Trump est devenu une obli­gation, un mot d’ordre. Un passage obligé.

Tu veux faire partie de la gang? Critique­­ Trump, on va te donner ta carte de membre.

C’est comme chialer contre Harper à Tout le monde en parle. Wow. Quelle témérité.

C’est qu’ils n’ont vraiment pas froid aux yeux, ces artistes, oh la la.

Mais quand vient le temps de pourfendre Adil Charkaoui ou la complaisance de la gauche et des féministes envers l’islam radical, bizarre, nos amis les artistes sont à court de mots et se font soudainement très discrets.

Pour des gens qui ne cessent de vanter l’originalité et le non-conformisme­­, c’est fou comme ils se ressemblent tous.

Ils penchent tous du même bord et attaquent tous les mêmes cibles.

Ils me font penser aux gens qui se croient originaux parce qu’ils ont un tatouage.

On est en 2017, les amis, réveillez-vous.

Tout le monde a un tatouage.

CONTRE L’IMMIGRATION ILLÉGALE

Je ne défends pas Trump. Mais dire que Trump est contre l’immigration, comme l’a déclaré Meryl Streep dimanche­­ soir, est faux.

Trump est contre l’immigration illégale­­.

Est-ce trop demander aux immigrants de respecter les lois?

Est-ce fasciste de dire qu’une frontière n’est pas qu’une simple ligne tracée­­ à la craie sur le sol?