/world/usa
Navigation

Moscou disposerait d’informations compromettantes sur Trump

Moscou disposerait d’informations compromettantes sur Trump
AFP

Coup d'oeil sur cet article

La Russie disposerait d'informations compromettantes susceptibles de discréditer le président élu Donald Trump, selon un mémo des chefs du renseignement américain que ces derniers lui ont présenté la semaine dernière, a affirmé mardi CNN, citant de «multiples» sources anonymes.

Parallèlement aux révélations de la chaîne de télévision, d’autres médias américains ont mis en ligne mardi soir des copies de ce document de 35 pages tout en indiquant qu’elles n’étaient pas en mesure de l’authentifier.

Ces documents font également état de communications suivies pendant la campagne entre l’équipe de Donald Trump et la Russie.

«Si ces allégations d’une coordination entre la campagne de Trump et des agents russes sont avérées, et les allégations selon lesquelles les Russes ont compromis l’indépendance du président élu Trump, ce serait vraiment choquant. Ce serait explosif», a réagi sur CNN le sénateur démocrate Chris Coons.

Ce document explique sans doute «la défense continuelle de Trump de la Russie et son adoration pour Poutine», a renchéri sur Twitter l’ex-candidat républicain à la présidentielle et ancien agent de la CIA, Evan McMullin.

Le président Barack Obama a été informé de ces développements jeudi dernier.

Interrogée mardi, la Maison Blanche n’a pas fait de commentaires.

Ces informations sur le président élu aux mains des services russes ont été portées à la connaissance des autorités américaines par un ancien agent du service de contre-espionnage britannique MI-6, engagé par des rivaux de Donald Trump pour rassembler des informations contre lui, selon CNN.

Ce document a été donné à Donald Trump lors de la présentation, vendredi, par les chefs espions du rapport des agences américaines de renseignement sur la «campagne d’influence» supposée du président russe Vladimir Poutine pour discréditer son adversaire démocrate Hillary Clinton.

Le Kremlin a toujours rejeté ces accusations d’interférence.

Le renseignement américain voit dans ce document la preuve que la Russie a cherché à obtenir des informations sur les deux candidats, mais a choisi de ne divulguer que celles sur Hillary Clinton.

L’existence d’informations russes sur Donald Trump faisait déjà l’objet de rumeurs avant l’élection et avait conduit le chef de file des sénateurs démocrates de l’époque, Harry Reid, à écrire au directeur du FBI, James Comey.

«Il est maintenant clair que vous possédez des informations explosives sur les liens étroits et la coordination entre Donald Trump, ses proches conseillers et le gouvernement russe - une entité étrangère ouvertement hostile aux États-Unis, dont Donald Trump fait l’éloge à chaque occasion», pouvait-on lire dans cette lettre de M. Reid datée du 27 août.

Après avoir rencontré les chefs espions vendredi, Donald Trump avait admis des piratages contre le parti démocrate mais n’était pas allé jusqu’à endosser leur thèse d’une ingérence russe à son profit dans l’élection du 8 novembre.

L’homme d’affaire a promis de réchauffer les relations avec Vladimir Poutine dont il a salué «l’intelligence».
kal/are
Washington, 11 jan 2017 (AFP) - 01/10/17 19:35

Ce document de deux pages contiendrait des informations sur la vie personnelle et les finances du prochain président, obtenues par des sources russes, que la chaîne américaine n'a pas détaillées.

De «multiples» sources ont confirmé à CNN l'existence de ce document.

Ces informations sur le président élu aux mains des services russes ont été portées à la connaissance des autorités américaines par un ancien agent du service de contre-espionnage britannique MI-6, engagé par des rivaux de Donald Trump pour rassembler des informations contre lui, a ajoute la chaîne.

Ce document a été donné à Donald Trump lors de la présentation, vendredi, par les chefs espions du rapport des agences américaines de renseignement sur la «campagne d'influence» supposée du président russe Vladimir Poutine pour discréditer son adversaire démocrate Hillary Clinton.

Le Kremlin a toujours rejeté ces accusations d'interférence.

Ce document suggère également que des communications ont eu lieu pendant la campagne entre l'équipe de Donald Trump et des Russes, affirme également CNN.

Le renseignement américain voit dans ce document la preuve que la Russie a cherché à obtenir des informations sur les deux candidats, mais a choisi de ne divulguer que celles sur Hillary Clinton.

Après avoir rencontré les chefs espions vendredi, Donald Trump avait admis des piratages contre le parti démocrate mais n'était pas allé jusqu'à endosser leur thèse d'une ingérence russe à son profit dans l'élection du 8 novembre.