/misc
Navigation

Québec raciste: refrain connu

Québec raciste: refrain connu
dusanpetkovic1 - Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Lundi, je vous ai parlé d’Emrical,  cet artiste qui disait que si ses chansons ne jouaient pas à Radio-Canada c’était parce qu’il est Noir. Sa lettre publiée dans La Presse s’intitulait : « Aimez-vous seulement les artistes blancs? ».

Mon collègue Mathieu Bock-Côté a lui aussi chroniqué sur le sujet, affirmant « C’est une mode médiatique, ces temps-ci. On dénonce le racisme systémique. On s’en prend à la «majorité blanche». »

Mais il y a un autre problème avec la lettre de cet artiste brimé. C’est qu’elle contient une affirmation complètement fausse. Comme quoi, quand on veut passer pour une victime, il n’y a rien comme tourner les coins ronds.

Pour expliquer à quel point la société québécoise n’aime que les artistes blancs, Emrical écrivait : « Un Québec où, sur cinq Galas de l’ADISQ (2010 à 2014), aucun artiste dit de la diversité n’a reçu de prix. Aucun, sur les 57 prix remis. »

Comme je trouvais cette affirmation intrigante, j’ai contacté l’ADISQ. Je me disais que c’était impossible qu’au cours des dernières années, je n’ai pas vu l’ombre d’un début de récipiendaire "isu de la diversité" aux Galas de l’ADISQ.

Voici ce que Leïla Karnas-Azzaoui, adjointe aux communications à l’ADISQ, m’a répondu.

«  Voici la liste des lauréats du Félix « Album de l’année – Musiques du monde » depuis 2010 : 2010 – Carlos Placeres. 2011 – Élage Diouf. 2012 – Echo Kalypso. 2013 – Boogat. 2014 – Karim Diouf. 2015 – Bïa. 2016 – Boogat »

Autrement dit, au cours des dernières années, un artiste « issu de la diversité » Cubain, deux Sénégalais (deux années différentes), un Mexicain (deux années différentes),  une Brésilienne ont remporté un Félix. Vous me direz que c’était dans la catégorie « musique du monde » qui est par définition la plus « métissée » des catégories de remises de prix.

D’accord, alors regardons dans les autres catégories. Voici la suite du courriel de Madame Karnas-Azzaoui.

« Voici d’autres exemples de lauréats qui pourraient vous intéresser : 2011 – Marie-Josée Lord, Classique / Vocal. 2011 – Samian, Hip-Hop. 2013 – Elisapie, Anglophone. 2013 – Oliver Jones, Jazz création. 2014 – Daniel Clarke Bouchard, Classique / Soliste et petit ensemble. 2015 – Pierre Kwenders, Vidéoclip. »

La liste n’est pas exhaustive, mais on voit qu’au cours des dernières années, des artistes bel et bien issus « de la diversité » ont bel et bien reçu des Félix au gala de l’ADISQ.

Ça dégonfle un peu votre balloune, Monsieur Emrical, non ?

Vous rappelez-vous l’époque où Corneille , un artiste « issu de la diversité », remportait des Félix , dont celui d’interprète masculin de l’année ? Si Corneille n’en a pas reçu au cours des dernières années, pensez-vous sérieusement que c’est parce qu’il est d’origine rwandaise et que le Québec n’aime que les artistes blancs ?

Au dernier gala de l’ADISQ, Karim Ouellet, un artiste « issu de la diversité », était en nomination dans la catégorie album pop de l’année pour son excellent opus « Trente ».

Il n’a pas gagné. C’est le groupe 2Frères qui a remporté la mise avec son disque Nous autres.

Est-ce qu’il y a sérieusement des gens qui pensent que si les deux frérots blancs ont gagné c’est parce que le Québec est raciste ?