/sports/soccer/homepage
Navigation

D.C. United et Philadelphie adroits au repêchage de la MLS

SPO-SOC-MLS-MONTREAL-IMPACT-V-DC-UNITED
Photo d'archives, AFP Steve Birnbaum a vu beaucoup d’action avec le D.C. United au cours des trois dernières saisons.

Coup d'oeil sur cet article

Il y a des équipes qui maîtrisent mieux la science du repêchage que d’autres. Ou qui ont tout simplement la main plus heureuse.

Le D.C. United et l’Union de Philadelphie ont eu beaucoup de flair avec leurs sélections depuis 2010.

Quand on fait la moyenne de minutes jouées par choix de repêchage, le club de la capitale fédérale américaine arrive loin devant avec 5142,60 minutes.

D.C. peut notamment dire merci à des joueurs comme Steve Birnbaum (6052 minutes en trois saisons) et ­Taylor Kemp (6619 minutes en quatre saisons).

Les Timbers de Portland arrivent loin derrière avec une moyenne de 3991 minutes et la statistique est faussée par Darlington Nagbe, qui cumule plus de 15 000 minutes en six saisons.

Par opposition, l’Impact est en queue de peloton, arrivant au 18e rang avec une moyenne de 1187,25 minutes par choix.

L’Union premier de classe

L’Union de Philadelphie fait office de premier de classe quant au nombre de joueurs repêchés qui ont joué dans la MLS.

Philadelphie a vu 21 joueurs sélectionnés en janvier disputer des ­minutes dans le circuit Garber.

Il y a beaucoup de quantité pour l’équipe de la Pennsylvanie, mais pas toujours de la qualité.

Elle a toutefois eu la main heureuse avec ses trois choix de première ronde en 2016 puisque Keegan Rosenberry a joué les 34 matchs de la dernière ­saison, Joshua Yaro en a disputé 15 et Fabian Herbers est apparu dans 13 rencontres.

Encore Philadelphie

Si on fait dire autre chose aux ­chiffres, on regarde le nombre de minutes par choix en le divisant pour le nombre de repêchages auxquels les équipes ont participé.

Philadelphie est bon premier avec une moyenne de 8989,29 minutes alors que D.C. United est second (7488).

L’Impact se classe avant-dernier à ce chapitre avec un maigre 1899,60 minutes en moyenne.

Le tout premier choix de l’équipe, Andrew Wenger, a disputé un peu moins de 2000 minutes en un peu plus de deux saisons avant d’être échangé à Philadelphie en 2014.

C’est le choix de second tour, la même année, Calum Mallace qui a le plus de minutes parmi les choix ­montréalais avec 4117 en cinq saisons.

 

10 espoirs à surveiller

Le repêchage de la MLS aura lieu vendredi à Los Angeles. Voici un regard sur 10 espoirs à surveiller qui devraient être réclamés en première ronde.

Jeremy Ebobisse

SPO-SOC-MLS-MONTREAL-IMPACT-V-DC-UNITED
Photo courtoisie

Attaquant

Duke/USL

Voilà le genre d’attaquant de pointe qui pourrait faire l’affaire du Minnesota, ­détenteur du premier choix. Certains le comparent à Cyle Larin, qui s’est rapidement acclimaté à la MLS avec Orlando. Ebobisse est issu du programme de Duke, qu’il a toutefois quitté à la fin de la saison 2015. En 2016, il a joué en USL avec le Battery de ­Charleston.

Miles Robinson

SPO-SOC-MLS-MONTREAL-IMPACT-V-DC-UNITED
Photo courtoisie

Arrière central

Syracuse

Avec le second choix, l’autre équipe d’expansion, Atlanta, pourrait garnir sa brigade défensive avec un gros joueur aux aptitudes ­athlétiques évidentes taillé sur ­mesure pour le style robuste de la MLS. À 19 ans, il est un ­régulier au sein de l’équipe U-20 des États-Unis.

Abu Danladi

SPO-SOC-MLS-MONTREAL-IMPACT-V-DC-UNITED
Photo courtoisie

Attaquant/Milieu

UCLA

Un sérieux prétendant pour le premier choix, Danladi fait l’unanimité en terme de talent. C’est un joueur explosif qui a toutefois la santé un peu fragile et qui est souvent blessé. On soulève notamment des doutes quant à son éthique de travail et son sérieux à l’entraînement. C’est un beau risque.

Jackson Yueill

SPO-SOC-MLS-MONTREAL-IMPACT-V-DC-UNITED
Photo courtoisie

Milieu

UCLA

Milieu central qui peut gérer un match, Yueill a le potentiel pour changer le rythme d’un match avec son mouvement. C’est un joueur qui peut prendre beaucoup de responsabilités sur ses épaules.

Jacori Hayes

SPO-SOC-MLS-MONTREAL-IMPACT-V-DC-UNITED
Photo courtoisie

Milieu

Wake Forest

Un joueur qui a une excellente première touche en plus d’être doté d’un équilibre et d’une agilité hors normes. Hayes est le genre de joueur qui se ­promène un peu partout sur le terrain et qui contribue à organiser la possession pour son équipe.

Brandon Aubrey

SPO-SOC-MLS-MONTREAL-IMPACT-V-DC-UNITED
Photo courtoisie

Arrière central

Notre-Dame

Il s’agit de l’un des meilleurs arrières centraux de la NCAA en 2016 et a la particularité d’avoir joué autant comme arrière central que comme milieu ­défensif. Il est très doué dans le jeu au sol et très habile de ses pieds en plus d’être fort sur les phases arrêtées.

Chris Odoi-Atsem

SPO-SOC-MLS-MONTREAL-IMPACT-V-DC-UNITED
Photo courtoisie

Arrière droit

Maryland

Son jeu avec le ­ballon au pied a besoin de raffinement, mais il défend bien son espace et ne sera pas déclassé physiquement par le style de la MLS. C’est également un joueur qui joue avec la pédale au plancher en tout temps.

Shamit Shome

SPO-SOC-MLS-MONTREAL-IMPACT-V-DC-UNITED
Photo courtoisie

Milieu

FC Edmonton

Il pourrait être le premier joueur à profiter du statut Génération Adidas pour les Canadiens. Comme il ne sera pas considéré comme un joueur international, il devient intéressant pour les clubs américains. De plus, il a déjà disputé plus de 2000 minutes chez les ­professionnels.

Reagan Dunk

SPO-SOC-MLS-MONTREAL-IMPACT-V-DC-UNITED
Photo courtoisie

Arrière droit

Denver

Il a connu une ­excellente ­dernière saison universitaire et peut servir ­d’excellents ­centres. Il devra toutefois polir son jeu à un contre un.

Lalas Abubakar

SPO-SOC-MLS-MONTREAL-IMPACT-V-DC-UNITED
Photo courtoisie

Arrière central

Akron

Originaire du Ghana, il a goûté à la scène internationale chez les U-20 et a un bon physique en plus d’être très athlétique. Il ­devra travailler sa prise de ­décision sans le ballon.