/world/usa
Navigation

Des allégations troublantes... et non vérifiées

Des allégations troublantes... et non vérifiées
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Existence d’une vidéo à caractère sexuel, échanges d’information avec la Russie... Le flou sur l’authenticité des informations compromettantes publiées mardi par des médias américains au sujet de Donald Trump persistait mercredi, alors que le président élu n’a pas manqué de dénoncer de «fausses informations».

C’est le média en ligne Buzzfeed qui a parti le bal en publiant, à neuf jours de l’investiture de M. Trump, un rapport de 35 pages sans en avoir vérifié la validité des informations qu’il contenait. Une décision sévèrement critiquée par de nombreux médias et analystes américains.

Voici ce qu’on sait du dossier

Le rapport: Selon plusieurs médias américains, les chefs du renseignement américain ont informé en fin de semaine dernière le président sortant Barack Obama, Donald Trump et des membres du Congrès, de la détention présumée par la Russie d’informations compromettantes sur le président élu. Ils leur ont présenté un résumé de deux pages d’un document qui en compte 35.

Auteur présumé du rapport: Christopher Steele, un ex-agent des services secrets britanniques en poste à Moscou pour le MI6 pendant plusieurs années. Il est jugé crédible par le renseignement américain, selon le Wall Street Journal. Il est désormais reconverti en consultant et dirige une société de conseil basée à Londres.

Commanditaire présumé du rapport: des opposants politiques de Donald Trump. Des rivaux républicains puis des démocrates, selon le New York Times.

Origine: Selon Buzzfeed, il circule depuis plusieurs semaines dans les sphères politiques, médiatiques et du renseignement.

Authenticité: Buzzfeed souligne qu’il contient des erreurs flagrantes, des éléments qu’il n’a pu confirmer et certains probablement invérifiables.

Contenu

♦ Des informations présentées comme compromettantes sur Donald Trump, comme l’existence alléguée d’une vidéo à caractère sexuel impliquant des prostituées, filmée clandestinement lors d’une visite à Moscou en 2013 par les services russes dans le but d’en faire un moyen de chantage.

♦ Des informations sur des échanges de renseignements supposés pendant «au moins» huit ans entre Donald Trump, ses proches et le gouvernement russe.

Ce qu’ils ont dit

«Ce sont des fausses informations. C’est bidon. Ces choses ne se sont jamais passées. Et cela a été obtenu par nos adversaires»

– Donald Trump, président désigné

«La fabrication de tels mensonges est une tentative évidente de faire du tort à nos relations bilatérales»

– Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin

«Publier ce dossier reflète la façon dont nous voyons le travail de reporters en 2017»

– Ben Smith, rédacteur en chef de BuzzFeed, à propos de la décision de publier les allégations

«C’était incroyablement irresponsable»

–Dan Kennedy, professeur de journalisme à l’université Northeastern, au sujet de la décision de Buzzfeed de publier

«Par expérience, il n’y a pas de source dont il faut plus se méfier, et dont il faut s’assurer de vérifier chaque information à la lettre avant même de penser à publier, que celle qui se réclame des services de renseignement»

– John Podhoretz, chroniqueur au New York Post

 Sources: Agence France-Presse, le New York Post et le New York Times