/finance/news
Navigation

Des placements prudents qui perdent de l’argent?

Roller coaster economy
Illustration Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Le dernier trimestre de 2016 a été un des plus étrange dans l’histoire de l’investissement. On a vu des titres boursiers très risqués prendre du coffre et des placements très prudents reculer de manière importante. C’est le monde à l’envers. Mais que s’est-il passé?

Vous avez certainement lu et relu que les obligations sont par leur nature des placements prudents et les actions, des investissements incertains et la plupart du temps elles sont volatiles.

L’élection-surprise de Donald Trump a causé un électrochoc, mais pas là où l’on s’y attendait. Ce sont les obligations qui y ont goûté. Ainsi, les investisseurs les plus prudents sont ceux qui ont constaté une baisse marquée de la valeur marchande de leurs économies.

Les obligations balançoires

Les obligations sont par définition des titres garantis par leurs émetteurs. Les obligations de gouvernements sont parmi les plus demandées, car elles sont les plus sûres. En effet, rares sont les gouvernements qui font défaut de paiements à l’échéance de leurs obligations.

Mais ce qui est moins connu, c’est que les obligations sont négociées autant sinon plus que les actions et elles changent de mains chaque seconde. Elles circulent sans nécessairement qu’on doive attendre la date de maturité. Alors, comme les actions en bourse, elles sont soumises au phénomène de l’offre et de la demande.

Lorsque Trump fut élu, on a compris que ses politiques allaient entraîner de l’inflation et mèneraient à une hausse des taux. Alors, les obligations (déjà en circulation) devenaient moins attrayantes. Ce qui est difficile à saisir, c’est que la valeur marchande a baissé, mais le rendement consenti augmente. Ça fonctionne un peu comme une balançoire d’enfant. Si mon obligation de 100 $ (qui rapporte 2 % annuellement) devient moins en demande sur le marché, son prix diminuera et se vendra à escompte. Disons, à 95 $.

Taux d’intérêt

Le taux d’intérêt ne changera pas. Il demeurera à 2 %, mais à l’échéance, je recevrai 100 $ pour chacune des obligations détenues. Lorsqu’on fait le calcul du rendement, basé sur le 95 $ du nouvel acheteur, ce 5 $ de bonus s’ajoute à mes versements de 2 %, et cela équivaut plutôt à du 2,1 %.

Donc, je ne perds pas réellement. Si on conserve les titres, tout se replace. C’est spécifiquement la valeur marchande qui donne une illusion de perte, mais ce n’est qu’une baisse temporaire et il ne faut pas trop s’en faire avec ça. Ce n’est surtout pas le moment de vendre. Au mieux, revoir ses objectifs et diversifier davantage.

Mes obligations baissent...

  • Pas de panique. Elles sont toujours garanties et de qualité.
  • Les rendements augmenteront et vous ne perdrez pas.
  • Quand les actions prennent de la valeur, les obligations peuvent baisser.
  • C’est un effet temporaire.
  • La diversification en émetteurs, en durée et en qualité diminue les risques.
  • Parfois les actions deviennent moins risquées que les obligations.

AVIS: Fabien Major est conseiller en épargne collective pour Major Gestion Privée Inc. de Gestion financière Assante ltée. (GFA). GFA est un courtier en épargne collective inscrit à l’Autorité des marchés financiers. Comme conseiller en sécurité financière, il offre aussi des produits et services par l’entremise de Services de succession et d'assurances Assante Inc. Il peut percevoir des honoraires et commissions liés à des produits financiers.