/news/society
Navigation

Le film Le Jour des Patriotes: des souvenirs pénibles de l’attentat de Boston

attentat Boston
Photo Simon Clark La marathonienne Mélanie Roberge (à droite), de même que Martin Cliche (à l’extrême gauche), Mélanie DeRoy et Junior Cabana étaient tous à Boston lors des attentats.

Coup d'oeil sur cet article

L’avant-première du film Le Jour des Patriotes, inspiré de l’attentat au 117e Marathon de Boston, a remué de vives émotions pour la coureuse Mélanie Roberge qui a vécu l’horreur en direct il y a bientôt quatre ans.

Curieux à l’entrée, les visages n’étaient plus les mêmes mercredi soir après le visionnement au Cinéplex Beauport.

«J’ai été clouée dans mon siège du début à la fin. Ça m’a rappelé chaque minute», a expliqué Mélanie, qui a terminé son épreuve une quarantaine de minutes avant les terribles explosions.

Ce film du réalisateur Peter Berg s’attarde davantage à l’enquête et à la traque des suspects dans les rues de la ville qu’à l’acte terroriste qui a fait trois morts et 264 blessés à la ligne d’arrivée le 15 avril 2013.

Chasse à l’homme

Le long-métrage avec Mark Wahlberg et Kevin Bacon raconte aussi l’ampleur de la chasse à l’homme à travers Boston en confinement.

«Si proche... ça aurait pu être moi», a ajouté les larmes aux yeux Junior Cabana, présent à Boston pour encourager sa conjointe.

«En un mot, c’est la rage», a aussi témoigné Martin Cliche quelques secondes après le générique.

« Le message est positif »

«Ce n’est pas trop larmoyant. Le message est positif. Il faut voir cette solidarité des gens», a souligné Mélanie DeRoy.

Avant la projection, le quatuor avait le sourire plus facile en partageant ses douloureux souvenirs.

«En métro, nous étions partis dans la mauvaise direction et nous sommes retournés directement en dessous des attentats. Ça s’est mis à crier. En sortant, on a su que deux bombes avaient sauté», se souvient Junior Cabana.

Depuis les actes violents, ce dernier est retourné à Boston chaque année.

«Je me souviens du silence qui régnait et des sirènes dans Boston, mais je suis aussi marqué par les Américains qui nous ont dit merci d’être revenu.»

Le 15 avril 2013, deux frères ont fait exploser simultanément deux bombes artisanales près de la ligne d’arrivée vers 14 h 50. Le terroriste survivant Djokhar Tsarnaev est en appel de sa condamnation à mort.