/misc
Navigation

Doc Mailloux, encore dans le champ

Doc Mailloux, encore dans le champ
Archives Le Journal de Montréal, Chantal Poirier

Coup d'oeil sur cet article

Les femmes violentées resteraient avec leurs conjoints, car elles en retireraient des "bénéfices" selon le Doc Mailloux. Ces propos ont créé un tollé en début de semaine. Non seulement le Doc Mailloux banalise la violence faite aux femmes, mais il justifie la violence faite aux femmes ce qui rend son propos inacceptable. D’autant plus, que ses paroles sont tenues publiquement à la radio et maintenant aussi à la télé.

 

Doc Mailloux en remet

 

On le sait, cet homme aime vivre dans la controverse. Il s’en nourrit. Il ne voit pas de limites à ses envolées lyriques.

 

Malheureusement, à l’émission de Denis Lévesque, le Doc Mailloux en a remis sur la question des « bénéfices » retirés par les femmes violentées en refusant même de préciser ses sources et les pourcentages reliés à cette catégorie « qui existe » selon lui.

 

C’est vrai, il n’en est pas à ses premières affirmations sans fondement. Rappelons ses propos controversés sur l’intelligence des noirs à Tout le monde en parle en 2005. Mais cette fois, il refuse de citer ses sources. Ce qui nous laisse croire qu’il improvise, encore, et qu’il porte un jugement de valeur sur ces femmes qui n’ont rien demandé d’autres qu’un peu de compassion.

 

La violence conjugale, ce n’est pas que des « taloches » comme il le prétend, cela fait beaucoup plus de dommages chez les victimes, à la fois physique et psychologique. Faire fi de ces conséquences et refuser de voir les risques pour les victimes c’est de l’incompétence, surtout venant d’une personnalité publique.

 

Responsabilité éthique

 

Avoir un micro ou encore une parole publique vient avec des responsabilités, notamment au niveau de l’éthique. S’il est possible de donner son avis et de diverger de l’avis de la moyenne, il faut s’assurer de baser son jugement ou son commentaire sur des faits. Surtout lorsque des sujets sensibles sont abordés. Il existe une panoplie de psychologues et psychiatres compétents, articulés et nuancés qui pourraient prendre sa relève. C’est un privilège de pouvoir entrer directement dans la vie des gens, chez eux, dans leur salon. Et ce privilège vient avec la responsabilité de les traiter convenablement et non pas de leur donner une « taloche » derrière la tête pour gagner des auditeurs sur le dos de leurs malheurs.