/news/currentevents
Navigation

Les champions du règlement de compte

Les Hells Angels ont commis le quart des meurtres liés au crime organisé au Québec en 60 ans

Les champions du règlement de compte
Photo d’archives

Coup d'oeil sur cet article

Les Hells Angels dominent le palmarès des règlements de compte meurtriers commis au Québec depuis une soixantaine d’années, loin devant 60 autres organisations criminelles.

C’est l’un des constats d’une recherche minutieuse effectuée par un criminologue diplômé de l’Université de Montréal, Guillaume Jasmin, qui a recensé pas moins de 1238 meurtres résultant d’un règlement de compte dans la province, entre 1953 et 2013.

Établis au Québec depuis 1977, les Hells seraient responsables du quart (24,6 %) des 501 assassinats dont les auteurs ont pu être associés à un groupe du crime organisé par la police, selon le mémoire de maîtrise de M. Jasmin intitulé Soixante ans de règlements de compte au Québec.

La mafia au 6e rang

Le redoutable clan de la famille Dubois – qui fut actif à Montréal des années 1960 à 1980 et dont le tueur à gages Donald Lavoie a admis 27 meurtres lorsqu’il est devenu délateur – vient au second rang avec 21 % de ces crimes.

Les gangs de rue suivent avec 14 %, d’après la compilation que l’auteur a menée à partir de journaux et de sites web.

La mafia montréalaise n’arrive qu’en 6e place des organisations les plus violentes (38 meurtres), malgré sa longévité plus importante que les groupes précédents.

Elle est précédée du gang de l’Ouest (49) et des Rock Machine (40), deux groupes pour lesquels le tueur à gages Gérald Gallant a exécuté en tout une vingtaine de contrats de meurtre.

Gérald Gallant, Tueur à gages
Photo d’archives
Gérald Gallant, Tueur à gages

Plus de victimes aussi

Mais selon l’auteur, la liste des cibles des règlements de compte fait ressortir «un fait saisissant». Un quart des victimes dont l’affiliation criminelle était connue des autorités sont également reliées aux Hells Angels.

Cela résulte notamment des conflits meurtriers de la bande de motards avec ses concurrents des Outlaws, qui ont été évincés de la province au milieu des années 80, et des Rock Machine pour le contrôle du marché de la drogue pendant la majeure partie des années 1990.

En comparaison, 13 % des victimes associées au crime organisé étaient liées aux gangs de rue et 12 % à la mafia.

C’est ce qui amène Guillaume Jasmin à avancer que «les groupes qui sont plus victimisés sont aussi ceux qui tuent le plus».

Les indépendants ciblés

Le criminologue souligne aussi que «la grande majorité des gens éliminés» dans les 1238 règlements de compte répertoriés (62 %) n’avaient pas d’affiliations criminelles connues.

Cela laisse sous-entendre que «le crime organisé québécois n’est pas aussi structuré que l’on pourrait le croire», écrit M. Jasmin.

«Nos résultats viennent mettre en évidence que les indépendants semblent occuper des rôles importants dans différentes sphères criminelles», ajoute-t-il.

Le Québec, terre des motards

Daniel Bertrand, un proche des Rock Machine, abattu sur la rue Sainte-Catherine durant la guerre contre les Hells, en novembre 1994.
Photo d’archives
Daniel Bertrand, un proche des Rock Machine, abattu sur la rue Sainte-Catherine durant la guerre contre les Hells, en novembre 1994.

Le Québec, berceau des Hells au Canada, formerait une société distincte au chapitre des règlements de compte en raison de la forte présence de ces motards dans la province.

«Le seul fait que l’on retrouve la guerre des motards de 1994 à 2001, une guerre qui ne connaît que très peu de parallèles ailleurs dans le monde, nous permet de voir que le Québec se distingue fortement dans le monde des règlements de compte», avance le criminologue Guillaume Jasmin.

Par ailleurs, des règlements de compte mortels se sont produits dans plus de 200 villes et municipalités du Québec, mais plus de la moitié (658) l’ont été à Montréal. En fait, 90 % ont été commis dans sept des villes les plus populeuses de la province.

«Le phénomène des règlements de compte en est un qui est majoritairement urbain, là où se trouvent la plupart des marchés et clientèles friandes des produits et services offerts par le crime organisé. Avec autant de marchés lucratifs et autant de criminels qui se côtoient, il n’est pas surprenant qu’il y ait eu et qu’il y ait encore des effusions de sang», d’après l’auteur.

Quelques-uns des règlements de compte

En juin 1985, les corps de cinq Hells victimes de la tuerie de Lennoxville sont repêchés du fleuve.
Photo d’archives
En juin 1985, les corps de cinq Hells victimes de la tuerie de Lennoxville sont repêchés du fleuve.
Maurice «Mom» Boucher devant le cercueil du Hells Normand «Biff» Hamel, assassiné durant la guerre des motards en avril 2000, à Laval.
Photo d’archives
Maurice «Mom» Boucher devant le cercueil du Hells Normand «Biff» Hamel, assassiné durant la guerre des motards en avril 2000, à Laval.
L’influent mafioso Nicolo Rizzuto a été tué d’une balle par un tireur embusqué derrière sa maison, en novembre 2010.
Photo d’archives
L’influent mafioso Nicolo Rizzuto a été tué d’une balle par un tireur embusqué derrière sa maison, en novembre 2010.
Ducarme Joseph, redoutable membre d’un gang de rue, assassiné en pleine rue dans le quartier Saint-Michel, le 1er août 2014.
Photo d’archives
Ducarme Joseph, redoutable membre d’un gang de rue, assassiné en pleine rue dans le quartier Saint-Michel, le 1er août 2014.
Robert «Bob» Savard, un proche des Hells, fut criblé de balles dans un restaurant de Montréal-Nord par Gérald Gallant, le 7 juillet 2000.
Photo d’archives
Robert «Bob» Savard, un proche des Hells, fut criblé de balles dans un restaurant de Montréal-Nord par Gérald Gallant, le 7 juillet 2000.
L’ex-parrain Paolo Violi, devant le Reggio Bar où il fut assassiné en 1978.
Photo d’archives
L’ex-parrain Paolo Violi, devant le Reggio Bar où il fut assassiné en 1978.

Faits saillants de l’étude

  • 6802 meurtres au total
  • 1238 victimes de règlements de compte (18 % de tous les meurtres)
  • 1152 hommes parmi les victimes et 83 femmes
  • Âge moyen des victimes: 33 ans
  • Âge moyen des auteurs: 31 ans

Motifs

  • compétition ou territoire (42 %)
  • conflit lors d’une transaction (36 %)
  • représailles à une délation (15 %)

Principales villes des règlements de comptes

  • Montréal (53 %)
  • Québec (5 %)
  • Laval (4,7 %)
  • Longueuil (2 %)
  • Sherbrooke (1,4 %)
  • Gatineau (1,2 %)
Les pires années
  • 1975 (59 victimes)
  • 1991 (45)
  • 1984 (43)
  • 2000 (39)
Affiliation des victimes (sur 472 connues)
  • Hells Angels: 112
  • Gangs de rue: 62
  • Gang de l’Ouest: 59
  • Mafia: 56
  • Rock Machine et alliés: 43
  • Outlaws: 21
  • Clan Dubois: 21
Affiliation des principaux auteurs de règlements de compte (sur 501 connus)
  • Hells Angels: 123
  • Clan Dubois: 108
  • Gangs de rue: 71
  • Gang de l’Ouest: 49
  • Rock Machine et alliés: 40
  • Mafia: 38