/investigations
Navigation

Laliberté dit payer trop de taxes

L’agglomération de Longueuil justifie sa hausse d’impôt foncier par le fait qu’il vit dans un secteur exceptionnel

Conférence de Presse Guy Laliberté
Photo d'archives Ben Pelosse Guy Laliberté
Cofondateur du Cirque du Soleil

Coup d'oeil sur cet article

Le milliardaire Guy Laliberté veut faire baisser l’évaluation de son somptueux domaine du parc national du Mont-Saint-Bruno, pour économiser 6569,66 $ par année en taxes foncières.

Le cofondateur du Cirque du Soleil fait partie d’un groupe de quatre riches propriétaires qui ont entamé un recours contre l’agglomération de Longueuil pour payer moins de taxes. Ils habitent tous le chemin du Lac-Seigneurial, au cœur du parc national du Mont-Saint-Bruno, en vertu de droits acquis.

Guy Laliberté demande une baisse de plus d’un million de dollars sur l’évaluation de sa maison, fixée à 5,6 M$.

Le magazine américain Forbes estime la fortune personnelle de l’homme d’affaires à 1,34 milliard de dollars US. Il a vendu le Cirque du Soleil pour 1,5 milliard de dollars en 2015.

Son voisin Paul Delage Roberge, fondateur des magasins de vêtements Les Ailes de la mode, conteste lui aussi son évaluation foncière. Il estime sa maison à 2,4 M$, et non à 3,8 M$, comme l’a évaluée l’agglomération de Longueuil.

Gros partys

Le domaine de Guy Laliberté était le théâtre de fêtes mémorables, il y a une quinzaine d’années. Cocaïne, prostituées et grande bouffe y faisaient même bon ménage, selon La vie fabuleuse du créateur du Cirque du Soleil, une biographie non autorisée qu’a publiée le journaliste Ian Halperin­­ en 2009.

«Tout ce dont vous rêviez, vous l'aviez chez Guy. Que ce soit de la drogue, du sexe ou bien sûr la meilleure musique», y mentionne la mannequin italienne Myra Jones.

Sur le domaine de l’homme d’affaires se trouve également un garage abritant de nombreuses voitures de luxe.

Secteur unique

Les maisons de Guy Laliberté et ses voisins se trouvent dans un secteur unique, en pleine aire de conservation.

Devant le Tribunal administratif du Québec, l’agglomération de Longueuil affirme que le caractère exceptionnel du secteur, à une demi-heure du centre-ville de Montréal et en pleine nature, justifie la hausse d’évaluation foncière.

À l’inverse, l’avocat des quatre propriétaires affirme que Longueuil n’a pas pris en compte un nombre suffisant de transactions comparables. «Ça démontre le laxisme des valeurs déposées au rôle», a plaidé Éric David, du cabinet De Grandpré Chait.

Les avocats aux deux parties ont réservé leurs commentaires, tout comme les villes de Saint-Bruno et Longueuil.

 

Domaine de Guy Laliberté (Saint-Bruno-de-Montarville)

Le domaine de Guy Laliberté est situé en pleine nature au bord du lac du Moulin, sur le territoire du parc national du Mont-Saint-Bruno.
Photo Martin Chevalier
Le domaine de Guy Laliberté est situé en pleine nature au bord du lac du Moulin, sur le territoire du parc national du Mont-Saint-Bruno.

Compte de taxes pour 2017: 34 688,32 $

Évaluation de Longueuil: 5,6 M$

Demande de révision: 4,5 M$

Ce qu’il veut économiser: 6569,66 $

 

Les voisins veulent aussi payer moins

Paul Delage Roberge et Camille Drouin Roberge

Compte de taxes pour 2017: 23 569,76 $

Évaluation de Longueuil: 3,8 M$

Demande de révision: 2,4 M$

Ils veulent économiser 8391,75 $


Monique Leblanc Charest

Compte de taxes pour 2017: 27 608,36 $

Évaluation de Longueuil: 4,5 M$

Demande de révision: 3,3 M$

Elle veut économiser 7358,48 $


André Simoneau et Johanne Chamberland

Compte de taxes pour 2017: 22 858,36 $

Évaluation de Longueuil: 3,7 M$

Demande de révision: 2,4 M$

Ils veulent économiser 7972,96 $