/news/politics
Navigation

Remaniement ce lundi: Pierre Moreau obtiendra le Conseil du trésor

Remaniement ce lundi: Pierre Moreau obtiendra le Conseil du trésor
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC |  Le remaniement ministériel attendu à Québec depuis des semaines aura lieu ce lundi et consistera principalement en la nomination de Pierre Moreau à la tête du Conseil du trésor.

M. Moreau, qui a dû s’absenter pendant plusieurs mois l’an dernier pour des raisons de santé, a annoncé à la fin novembre qu’il allait mieux et qu’il reviendrait bientôt au travail. Vers la mi-décembre, dans une entrevue de fin d’année exclusive accordée à notre Bureau parlementaire, M. Moreau avait confié qu’il espérait que le premier ministre lui donne «un gros mandat» pour débuter 2017.

Des sources consultées dimanche soir par notre Bureau parlementaire ont indiqué qu’aucun autre changement important ne devrait être annoncé dans le cadre de ce miniremaniement.

Pierre Moreau est actuellement ministre délégué aux Finances.

En confiant la responsabilité du Conseil du trésor à M. Moreau, le premier ministre Couillard allègera ainsi les tâches de Carlos Leitao qui, en plus d’être ministre des Finances, s’occupe du Trésor depuis la mise à l’écart de Sam Hamad l’an dernier. M. Hamad avait abandonné ses fonctions ministérielles au printemps dernier à la suite de la diffusion d’un reportage de l’émission «Enquête» mettant son éthique en doute relativement à une subvention accordée à l’entreprise Premier Tech après intervention de l’ex-ministre et solliciteur de fonds libéral Marc-Yvan Côté.

Quelques mois plus tard, le Commissaire à l’éthique et à la déontologie de l’Assemblée nationale, qui a examiné les allégations et les faits, a conclu que M. Hamad avait été «plus qu’imprudent» dans cette affaire, mais ne l’a pas sanctionné.

Puis, en décembre, le commissaire au lobbyisme du Québec a pour sa part jugé que Marc-Yvan Côté avait contrevenu aux règles en rencontrant M. Hamad et en faisant pression sur lui pour que Premier Tech obtienne une subvention en 2012. Pour l’opposition péquiste, les conclusions du commissaire au lobbyisme étaient une nouvelle gifle pour Sam Hamad.

Dans la foulée des manquements constatés par les deux commissaires, autant le PQ que la CAQ affirmaient la semaine dernière que le retour de M. Hamad au conseil des ministres est inconcevable.