/entertainment/shows
Navigation

Prédictions 2017: l’avenir mis à nu

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Prédire les prochains mois plutôt que de faire le bilan de l'année précédente, c'est le malin plaisir auquel se sont adonnés Fabien Cloutier et la bande de La soirée est (encore) jeune mercredi, lors de la première médiatique de Prédictions 2017 au Théâtre St-Denis.

Le collectif a pu ainsi sortir du cadre traditionnel des revues de fin d'année, sans toutefois faire abstraction des événements de 2016, qui ont servi de canevas aux malicieuses prophéties.

Dès l’ouverture, les propos sont incisifs et baveux, Jean-Philippe Wauthier égratignant aussitôt son coanimateur du dernier gala des Prix Gémeaux: «Je rêve de revenir sur ces planches sans Éric Salvail.»

Boys club assumé

Le boys club, très assumé, se livre à une satire de l’information. À la barre du bulletin de nouvelles satirique, l’animateur des Dieux de la danse est cinglant en chef d’antenne. «J’ai testé quelques gags sur Patrick Lagacé et n’ai eu que de bons commentaires du SPVM», a-t-il dit.

Tout passe dans le tordeur: la course à la chefferie du PQ (qui sera meilleur en 2017, promet-on), les élections américaines, les médias, la culture, le sport, Gaétan Barrette spécialisé en système digestif, etc.

Le segment sur l’année du cinéma québécois, mené par Jean-Sébastien Girard, est savoureux avec ses gags sur le film Tomber de pas haut sur Paul Cagelet et les funérailles de Micheline Lanctôt, qu’il a vue «arrangée pour la première fois» dans son cercueil.

Alors qu’il s’apprête à livrer sa revue de l’année, un nu fait soudainement irruption sur scène, une gracieuseté du metteur en scène Serge Denoncourt, renouvelée à quelques reprises au cours du spectacle.

Tandis qu'Olivier Niquet déclenche les rires avec des perles dans son dictionnaire Le petit Niquet, l’ancien Zapartiste Fred Savard touche des cordes sensibles en s’attaquant aux CHSLD: «On a converti tous les vieux en témoins de Jéhovah, ils refusent maintenant les soins.»

Sous la ceinture

Fabien Cloutier s’intègre parfaitement dans le décor. Ses répliques sont corrosives et crues. Ses préoccupations environnementalistes l’entraînent dans une boutade sous la ceinture concernant le nombre de papiers-mouchoirs qu’utilisent «les hommes comme Éric Lapointe, qui se “déloadent” comme un gun».

Vers la fin, le sketch sur les grands disparus vaut son pesant d’or. Au nombre de ceux qui nous ont quittés en 2017: Justin Trudeau écrasé par un char allégorique pendant qu’il prenait un selfie, Québec solidaire, Maxime Bernier «le meilleur de la gang pour faire des phrases» et Les sœurs Boulay qui laissent dans le deuil Linda Lemay, pour ne nommer que ceux-ci.

Le défi, pour Jean-Philippe Wauthier et sa bande, était de transposer leur talk-show sur les planches. Un pari qu'ils ont gagné, chacun dans sa zone de confort.

Le spectacle déboule au rythme des répliques cinglantes pendant 1 h 40, sans entracte. Prédictions 2017 a tout pour plaire au fidèle public de La soirée est (encore) jeune, mais aussi aux adeptes d’humour grinçant et décalé. Une formule à renouveler en 2018.


Prédictions 2017, au Théâtre St-Denis jusqu’au 25 janvier