/news/green
Navigation

Le BAPE défavorable au train électrique de Montréal

L’avis défavorable du BAPE ne change pas le projet

Maquette du nouveau train électrique, qui devrait relier la Rive-Sud et la Rive-Nord au centre-ville de Montréal, ainsi que l’aéroport Trudeau et la pointe ouest de l’île.
Photo d’archives Maquette du nouveau train électrique, qui devrait relier la Rive-Sud et la Rive-Nord au centre-ville de Montréal, ainsi que l’aéroport Trudeau et la pointe ouest de l’île.

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement a l’intention d’aller de l’avant avec le projet de train électrique malgré l’avis défavorable du BAPE, qui s’inquiète que les usagers ne soient pas mieux servis qu’avec le système actuel.

«Je peux dire très franchement et clairement que le projet va aller de l’avant dans les échéanciers connus», a réagi le premier ministre Philippe Couillard vendredi, rappelant que le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) n’a qu’un rôle consultatif.

Le BAPE a analysé de nombreux aspects du projet de Réseau électrique métropolitain (REM).

Le projet devrait compter 27 stations réparties à Montréal et en banlieue et être prêt en 2020.

«Le projet offrirait une bonne capacité de transport dans les secteurs desservis, mais il soulève des préoccupations quant à la qualité du service offert aux usagers», indique le rapport.

Des usagers qui ont actuellement un lien direct vers le centre-ville se verraient imposer de nouvelles correspondances et la ligne orange du métro pourrait devenir encore plus saturée qu’elle ne l’est déjà, notent les commissaires.

Moins de places assises

Il s’agirait aussi d’une baisse de confort pour les usagers de la ligne Deux-Montagnes, qui sont habitués à un nombre de places assises plus élevé.

En somme, le REM contribuerait peu à convertir les automobilistes de la région au transport en commun.

Par ailleurs, le BAPE déplore un manque d’information qui le rend incapable d’évaluer les impacts écologiques et financiers du projet.

Le maire de Montréal a quant à lui réaffirmé sa volonté de voir ce projet «extraordinaire» avancer. La Caisse de dépôt et placement du Québec n’a pas rappelé le Journal.