/opinion/columnists
Navigation

Rémi Nadeau devient chef de bureau à l’Assemblée nationale

Il succède à Michel Hébert, qui part à la retraite

Remi Nadeau
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

J’ai le plaisir d’annoncer la nomination de Rémi Nadeau au poste de chef de bureau parlementaire à Québec pour Le Journal de Montréal et Le Journal de Québec.

Il succède à Michel Hébert, qui prend une retraite bien méritée après avoir assumé avec brio cette fonction durant une décennie.

Rémi Nadeau connaît tous les rouages du Parlement pour y avoir œuvré à divers titres depuis 2003.

Depuis deux ans, il occupait les fonctions d’adjoint au chef de bureau parlementaire. Il assurait la coordination de la couverture politique autant à l’Assemblée nationale qu’à la Chambre des communes.

Rémi Nadeau est devenu correspondant parlementaire à l’Assemblée nationale pour La Presse Canadienne après la couverture de l’élection générale de 2003. Il a œuvré sur la colline parlementaire pendant sept années avant de passer au Journal de Québec en 2010, où il a ensuite joint l’équipe de direction de l’information. Spécialiste des affaires gouvernementales, il est retourné à l’Assemblée nationale après avoir supervisé la couverture des élections de 2012 et de 2014.

Ayant terminé des études en Art et technologie des médias au Cégep de Jonquière en 1992, Rémi Nadeau a été reporter en début de carrière au sein de différents médias électroniques, notamment à Radio-Canada et TQS au Saguenay–Lac-Saint-Jean. Intéressé par les affaires politiques, il s'était joint à La Presse Canadienne comme journaliste et chef de pupitre en 2000.

Merci Michel Hébert

Michel Hébert
Photo Simon Clark
Michel Hébert

Quant à Michel Hébert, tous les politiciens québécois des trois dernières décennies l’ont connu, mais nos lecteurs aussi, grâce à ses chroniques sans pareilles. Il part après avoir consacré de nombreuses années à couvrir la politique, autant à Ottawa qu’à Québec.

Michel Hébert a roulé sa bosse dans divers domaines du journalisme durant 35 ans. Comme bien d’autres, il a appris son métier, d’abord sur la scène d’accidents mortels ou de meurtres, dans les corridors des palais de justice ou des hôtels de ville, avant de passer des soirées aux Communes à attendre qu’un ministre ou un fonctionnaire lâche une bribe d’information sensible...

Journaliste en région, correspondant parlementaire pour Le Droit et La Presse Canadienne, à Ottawa et à Québec, Michel Hébert s’est joint au Journal il y a plus de 15 ans. Il a rempli nos pages de nouvelles souvent exclusives et fait montre, dans une chronique fort populaire, les «Échos de la colline», d’un style unique, empreint d’humour.

À titre de chef du Bureau parlementaire à l’Assemblée nationale, il retient avoir dirigé une équipe de journalistes chevronnés, dévoués à leur métier, et animés d’une seule motivation: rendre la nouvelle accessible au plus grand nombre de lecteurs.

Michel Hébert continuera d’écrire des chroniques pour quelques semaines et promet de tenir un blogue politique sur nos sites, même à la retraite. Il signe aujourd’hui sa dernière chronique du samedi avant qu’Antoine Robitaille, nommé chef de notre nouveau Bureau d’enquête parlementaire la semaine dernière, prenne la relève.

Je tiens à remercier Michel pour son professionnalisme et son travail acharné. Bonne retraite et bienvenue à Rémi Nadeau!