/news/transports
Navigation

Rapport sur le REM: Montréal pour, Laval et Longueuil s'interrogent

Rapport sur le REM: Montréal pour, Laval et Longueuil s'interrogent
Photo courtoisie CDPQ Infra

Coup d'oeil sur cet article

Les villes de Longueuil et de Laval demandent des clarifications sur le projet de train de la Caisse de dépôt, en écho au rapport du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) qui recommande de ne pas réaliser ce projet.
 
Contrairement au maire de Montréal, Denis Coderre, qui appuie sans réserve le Réseau électrique métropolitain (REM), deux importantes villes de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) s'interrogent sur certains enjeux financiers du projet. 
 
Dans son rapport publié vendredi dernier, le BAPE s'est clairement opposé au projet de train électrique annoncé en avril dernier et a dénoncé que des questions soient demeurées sans réponse. 
 
L’organisme consultatif aurait aimé avoir plus de détails, notamment sur la rentabilité du projet, sur des aspects écologiques et sur l'achalandage du train électrique prévu pour 2020. Il n'a toutefois pas le pouvoir de contraindre le gouvernement à annuler le projet et le premier ministre Philippe Couillard a clairement indiqué qu'il irait de l'avant.
 
Toutefois, pour le maire de Montréal Denis Coderre, le rapport du BAPE «déforme les faits et la réalité».
 
La mairesse Caroline St-Hilaire, à Longueuil, soutient plutôt que les préoccupations du BAPE reflètent les siennes. Le maire Marc Demers, à Laval, ajoute que, «comme le laisse entendre le BAPE, des enjeux de rentabilité subsistent et la question du financement restent flous». Selon lui, il est important que les citoyens sachent combien le REM va leur couter avant d’aller de l’avant.
 
Le maire Coderre a toutefois rappelé que ces deux élus ont «appuyé une motion [de la CMM] adoptée à l'unanimité en faveur du REM et de son tracé». 
 
Documents ignorés?
Dans un communiqué, le promoteur du train, CDPQ Infra, une branche de la Caisse de dépôt et placement du Québec, a balayé les accusations du BAPE à l’idée qu’elle n’aurait pas fourni suffisamment d’information puisque 8400 pages de documents ont été déposées lors des auditions du BAPE.
 
«Plus de 1200 pages sur les questions environnementales ont toutefois été ignorées dans le rapport de la commission», a déploré CPDQ Infra.
 
Le BAPE a toutefois rappelé par voie de communiqué que la Caisse a acheminé «d’importants documents» à la mi-décembre, après qu’elle eut complété terminé la rédaction de son rapport.
 
Appuis au BAPE
Pour François Pepin, le président de Transport 2000, le gouvernement n'a pas tous les éléments en main et se demande quelle est l'urgence de réaliser ce projet aussi rapidement.
 
Luc Gagnon, d'Option transport durable, croit que l'entêtement de certains élus confirme la culture du secret entourant le projet.
 
«Le BAPE n'a jamais été aussi critique envers un projet de transport en commun», souligne François Limoges, de Projet Montréal. 
 
Avec la collaboration de Camille Gaïor.