/news/politics
Navigation

Pierre Paradis fait l'objet d'une enquête pour des gestes à caractère sexuel

Les gestes à caractère sexuel reprochés à Pierre Paradis auraient été portés à l’endroit d’une ex-employée.
Photo d'archives, Simon Clark Les gestes à caractère sexuel reprochés à Pierre Paradis auraient été portés à l’endroit d’une ex-employée.

Coup d'oeil sur cet article

Faisant l'objet d'une enquête de la Sûreté du Québec pour des gestes à caractère sexuel à l’endroit d’une ex-employée, le ministre Pierre Paradis a été démis de ses fonctions et éjecté du caucus libéral jeudi.

Selon nos informations, le chef de cabinet du premier ministre, Jean-Louis Dufresne, a été mis au parfum d’un signalement à l’endroit du ministre Paradis le jeudi 19 janvier dernier.

La plaignante, en congé maladie depuis près d’un an, aurait ensuite fait parvenir mardi une lettre au bras droit de Philippe Couillard affirmant avoir porté plainte à la police pour des faits qui remonteraient à 2015. C’est à ce moment que le ministre Paradis a été retiré temporairement de ses fonctions, d’autant qu’il avait fait une commotion cérébrale à la suite d’un accident d’équitation.

Informé jeudi soir que son ministre faisait formellement l'objet d'une enquête par les limiers de la SQ, le premier ministre a convoqué tous ses députés à une téléconférence pour les informer que Pierre Paradis serait relevé de ses fonctions et exclu sur le champ du caucus libéral.

Le ministre des Transports, Laurent Lessard, hérite pour l’instant du portefeuille de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation.

Pas rencontré par les enquêteurs

Dans l’entourage de Pierre Paradis, on soutient qu’il n’a été informé que jeudi soir qu’il faisait l’objet d’une enquête policière, et ce, après un appel du bureau du premier ministre. M. Paradis n’a aucune idée de l’objet de cette investigation, insiste-t-on. Il n’aurait pas encore été rencontré par des enquêteurs.

La SQ a confirmé qu’elle avait ouvert une enquête sur Pierre Paradis.

Questionné par les journalistes plus tôt en journée jeudi, le premier ministre s’était montré plutôt embarrassé. Philippe Couillard avait notamment refusé de statuer sur les motifs à l’origine du retrait du ministre.

Bras de fer avec l’UPA

Pierre Paradis est un vétéran de la politique provinciale et est élu sans interruption depuis 1980. Ministre de l’Agriculture depuis l’arrivée au pouvoir du gouvernement Couillard, il est au cœur d’un bras de fer avec l’Union des producteurs agricoles au sujet de modifications au programme de crédit de taxes foncières agricoles.

M. Paradis avait été écarté du conseil des ministres durant l’ère Charest, mais a été ministre du Travail et ministre de l’Environnement à l’intérieur du cabinet de Robert Bourassa.

Pierre Paradis est le deuxième élu libéral à être exclu du caucus en raison d’une enquête policière après Gerry Sklavounos.

Qui est Pierre Paradis ?

  • 66 ans
  • Avocat
  • Député libéral de Brome-Missisquoi depuis novembre 1980
  • Ministre du Travail 1985-1988
  • Ministre des Affaires municipales 1988-1989
  • Ministre de l’Environnement 1989-1994
  • Ministre de l’Agriculture depuis avril 2014
  • Démis de ses fonctions et exclu du caucus libéral à la suite de l’ouverture d’une enquête policière à son sujet

Vives réactions

«Le communiqué dit que le premier ministre a été informé en début de soirée. C’est ça le problème. Pourquoi hier (jeudi) le premier ministre annonce qu’il s’agit d’un ajustement temporaire? Est-ce une tentative de cover up?»

— Guillaume Simard-Leduc, responsable des médias pour la Coalition avenir Québec

«Encore un autre ministre dans le trouble au PLQ. Misère»

— Alexandre Cloutier, député du Parti québécois (Twitter)

«Le Parti libéral complètement “désarçonné” par ses mensonges»

— Joël Vaudeville, attaché politique au cabinet de Jean-François Lisée (Twitter)

«Le Parti québécois trouve la situation extrêmement troublante»

— Antonine Yaccarini, directrice des communications du Parti québécois