/24m/city
Navigation

Procès Applebaum: «la page est tournée» pour le maire Coderre

Denis Coderre
Photo d'archives, AFP Denis Coderre

Coup d'oeil sur cet article

Le maire de Montréal Denis Coderre estime qu'avec la condamnation de Michael Applebaum, «la page est tournée» et que l'Inspecteur général prévient maintenant les problèmes de corruptions à Montréal.

 

 

L'ancien maire de Montréal a été reconnu coupable de huit chefs d'accusation en lien avec la corruption, pour avoir réclamé des pots-de-vin à des entrepreneurs à l'époque où il dirigeait l'arrondissement Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce.

Depuis l'arrestation de M. Applebaum, en juin 2013, «on a mis sur pied l'inspecteur général, on a posé des gestes très précis en matière de gestion de contrat. On s'est donné des outils pour protéger les sonneurs d'alertes», cite en exemple M. Coderre.

«Bien sûr, il y a des gens qui s'essaient, mais maintenant qu'on a cet encadrement, on peut régler les problèmes», ajoute-t-il.

La preuve, selon lui, est que depuis son arrivée en poste, il y a trois ans, on ne parle plus de collusion et de corruption, mais plutôt de la transformation de Montréal.

Et le maire Coderre est-il satisfait du verdict? «Je crois en la justice, et la juge a parlé», a-t-il simplement répondu.

Russel Copeman, l'actuel maire de CDN-NDG, se dit lui aussi «tourné vers l'avenir» et que dans l'arrondissement, cette «affaire est derrière [eux]».

Personne au-dessus des lois

De son côté, la chef de Projet Montréal, Valérie Plante, s'est montrée satisfaite de la condamnation de M. Applebaum. Selon elle, le jugement est la preuve que personne n'est au-dessus des lois.

«Ces pratiques criminelles ont affecté la confiance des Montréalaises et Montréalais envers leurs institutions démocratiques, et ils en paient encore le prix aujourd’hui», affirme-t-elle.

Elle a toutefois rappelé que 21 ex-membres d'Union Montréal, auquel appartenait Michael Applebaum, siègent encore aujourd’hui dans l’équipe du maire Denis Coderre.