/news/currentevents
Navigation

Une Montréalaise accusée du meurtre de son bébé

<b>Eugenia Tofan Bunu</b><br /><i>Accusée de meurtre</i>
Photo courtoisie, SPVM Eugenia Tofan Bunu
Accusée de meurtre

Coup d'oeil sur cet article

Une Montréalaise a été accusée du meurtre non prémédité de son nouveau-né jeudi, six mois après la mort de l’enfant.

Eugenia Tofan Bunu, 42 ans, a comparu par vidéoconférence depuis le centre de détention de Rivière-des-Prairies.

Elle n’a pas dit un seul mot lors de sa brève comparution devant la juge Louise Villemure, jeudi.

La Couronne s'est opposée à sa remise en liberté, si bien qu’elle demeurera détenue au moins pour les deux prochaines semaines.

Elle reviendra en cour le 10 février prochain.

Selon l’acte d’accusation, l’homicide remonterait au 12 juillet dernier, date à laquelle les policiers de la Ville de Montréal s’étaient rendus dans une résidence de l’arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce à la demande des ambulanciers.

Accoucher à la maison

Mme Tofan Bunu venait d’accoucher chez elle, et quelqu’un de sa famille aurait appelé Urgences-santé, selon ce que nous avons appris.

Le nouveau-né était inanimé lors de l’arrivée des paramédics.

«Les ambulanciers [ont] procédé à des manœuvres de réanimation avant de transporter l'enfant vers un centre hospitalier, où il est décédé quelques jours plus tard», a indiqué la police dans un communiqué. La mère avait elle aussi été transportée à l’hôpital.

Des expertises effectuées dans les six derniers mois ont permis d’accuser la mère du meurtre non prémédité de son bébé, jeudi, au palais de justice de Montréal.

Il n'a pas été possible de savoir le sexe de l'enfant ni la cause de la mort.

Pas de commentaires

Le Journal s’est rendu à la résidence de Mme Bunu, jeudi. Sur place, son mari Dinu Bunu a déverrouillé à distance la porte principale du triplex du quartier de Notre-Dame-de-Grâce. Une fois dans le corridor de l’immeuble, une forte odeur de marijuana était perceptible.

L’appartement du couple se trouve au premier étage.

De sa porte d’entrée, Dinu Bunu a refusé de commenter. Il était en compagnie d’une femme et de jeunes enfants. Il a rapidement refermé la porte de son appartement en demandant au Journal de quitter les lieux.

– Avec la collaboration d’Emy-Jane Déry