/sports/football
Navigation

51e Super Bowl: un peu du Québec avec Matt Ryan

Le quart des Falcons s’entraîne en reconnaissance cognitive avec NeuroTracker

FBN-SPO-ATLANTA-FALCONS-MEDIA-AVAILABILITY
AFP En plus de ses succès phénoménaux qu’il a connus en saison régulière sur le terrain, Matt Ryan connaît les séries de sa vie avec sept passes de touché en deux matchs.

Coup d'oeil sur cet article

HOUSTON | Il tentera de laisser sa marque au 51e Super Bowl, dimanche. La veille, il pourrait être élu joueur le plus utile dans la NFL. Et c’est une entreprise montréalaise, spéciali­sée en entraînement pour la performance cognitive, qui lui prête main-forte dans le développement de l’aspect mental de son jeu. Matt Ryan, quart-arrière des Falcons, amène avec lui au match ultime un bout du Québec grâce à la technologie de NeuroTracker.

L’entreprise fondée en 2009 est née d’une vingtaine d’années de recherche à l’Université de Montréal. Les utilisateurs doivent suivre et reconnaître plusieurs objets qui se déplacent simultanément sur un écran, avec des lunettes 3D. L’exercice est adaptable aux besoins spécifiques de chacun.

Selon l’entreprise montréalaise, «cette tâche de suivi visuel améliore les compétences cognitives qui sont importantes pour la conscience situationnelle et la concentration à long terme».

Le programme d’entraînement se déroule en ligne. Les athlètes peuvent donc s’entraîner sur n’importe quel appareil, peu importe l’endroit. Même en prévision du match crucial face aux Patriots, au Super Bowl!

En pleine frénésie médiatique entourant la tenue de la grand-messe du football américain, entouré d’une horde de journalistes, Ryan a vite retrouvé le sourire lorsque le Journal l’a brièvement amené sur ce terrain.

«NeuroTracker m’a aidé à améliorer ma perception de l’espace autour de moi, ce qui est tout simplement critique pour un quart-arrière», a expliqué le joueur étoile des Falcons. «C’est ce qui permet d’améliorer ta vision du jeu. Pour moi, c’est un peu comme si je faisais de l’entraînement musculaire, mais pour mon cerveau. Notre équipe travaille avec cette technologie et je suis convaincu que ça nous a aidés», a-t-il enchaîné.

Une visite fructueuse

Au printemps 2015, le département de médecine sportive des Falcons a eu vent de la technologie NeuroTracker. En juin, Matt Ryan s’est montré intrigué au point de faire une saucette d’une journée à Montréal, afin de se familiariser avec le programme et le personnel derrière. Il a été conquis sur-le-champ.

«Matt a tellement bien compris le système! Ce qui est difficile au football, c’est l’imprévisibilité. Vu qu’avec notre technologie, les objets bougent de manière aléatoire à l’écran, NeuroTracker l’entraîne à gérer le chaos et à traiter l’imprévisibilité du mouvement», a raconté Jean Castonguay, l’un des deux fondateurs de l’entreprise avec le professeur Jocelyn Faubert.

Une composante du succès

Évidemment, le colossal succès que connaît Ryan sur le terrain ne repose pas uniquement sur son entraînement cognitif avec NeuroTracker. Toutefois, le quart-arrière vedette s’y adonne aujourd’hui au moins trois fois par semaine, à longueur d’année.

«Cette technologie a été géniale pour moi. Quand j’ai eu l’opportunité d’aller rencontrer les gens de l’entreprise à Montréal, j’ai vite compris à quel point ça m’aiderait. Ça a changé ma vision de l’entraînement», a-t-il encensé au Journal.

Aux yeux des dirigeants de l’entreprise, même si le succès d’un joueur s’explique par une multitude de facteurs, d’autres athlètes de la trempe de Ryan auraient tout intérêt à peaufiner la portion cognitive de leur préparation.

«Il s’est intéressé à la science et a compris qu’il fallait faire plus que regarder des vidéos. Au football, on doit traiter beaucoup d’informations très rapidement, puis anticiper le jeu et la trajectoire des opposants. Pour savoir quelles décisions prendre, il faut pouvoir capter toutes les informations et notre technologie aide en ce sens», estime M. Castonguay.

Saviez-vous que...

  • Matt Ryan est sur une séquence de 212 passes de suite sans interception. Sa dernière remonte au 4 décembre.
  • Le quart-arrière des Falcons a lancé au moins 3 passes de touché dans 4 matchs de suite en séries, la plus longue séquence du genre dans l’histoire.
  • Les Patriots sont l’une des 2 seules équipes que Matt Ryan n’a pas battues à ce jour dans sa carrière, l’autre étant les Steelers. Il est 0-2 face aux Patriots.

Rayonnement inespéré

On aperçoit Matt Ryan tout sourire lors de son passage chez NeuroTracker, à Montréal, avec le co-fondateur Jean Castonguay.
Photo courtoisie
On aperçoit Matt Ryan tout sourire lors de son passage chez NeuroTracker, à Montréal, avec le co-fondateur Jean Castonguay.

HOUSTON | Pour l’entreprise québécoise NeuroTracker, la prestation phénoménale de Matt Ryan cette saison aura contribué à générer une visibilité inattendue pour sa technologie.

Déjà, la compagnie travaillait en étroite collaboration avec les Falcons, ainsi que d’autres équipes de sport professionnel comme les Canucks de Vancouver et le Manchester United. Le programme s’est répandu dans quelque 550 installations d’entraînement de haut niveau à travers le globe.

Mais sur le plan individuel, rien n’équivaut jusqu’ici à la publicité engendrée par la relation établie avec Matt Ryan et le fait qu’il souligne ouvertement les effets positifs de la technologie sur son rendement.

«Quand on parle de balles et de ballons qui bougent sur un écran, peu de gens comprennent. Quand on parle de Matt Ryan qui apprécie cette technologie, ça parle. On se fait quand même endosser par un champion», a salivé le co-fondateur de NeuroTracker, Jean Castonguay.

Des percées

Aujourd’hui, le succès de la technologie a même amené l’entreprise à développer une version grand public, le NuTrain. Chez les professionnels ou amateurs, il y a toutefois encore des sceptiques à confondre.

«La compréhension du besoin d’un entraînement mental, en plus de l’entraînement physique, c’est encore nouveau.

«Les gens nous demandent si on va contribuer à faire de meilleurs joueurs. Il y a tellement de facteurs qui entrent en ligne de compte dans la performance qu’il est difficile pour nous de démontrer un effet direct. Mais les études ne démontrent pas plus avec certitude que l’entraînement cardiovasculaire améliore la performance des athlètes», croit M. Castonguay.

Aux yeux de Ryan, il va sans dire que ses pairs dans la NFL auraient intérêt à passer un petit coup de fil à Montréal...

«Pour moi, il ne fait aucun doute que de plus en plus de joueurs pourraient se tourner vers ça. Les joueurs cherchent constamment des manières de tirer le meilleur d’eux-mêmes et cette technologie peut certainement les aider».

Le commissaire tient son bout

HOUSTON | Devant un parterre débordant de journalistes, le commissaire Roger Goodell a fait sa traditionnelle adresse à la nation dans le cadre du Super Bowl. Plusieurs questions ont évidemment porté sur la suspension de quatre matchs imposée à Tom Brady en début de saison et sur le malaise de côtoyer les Patriots. «Nous avons vécu un désaccord sur ce qui s’est produit et les sanctions imposées, mais je continue de respecter Robert Kraft et toute l’organisation des Patriots. J’ai des désaccords avec nos 32 équipes et cela ne se transpose jamais en haine. Pour moi, il n’y a pas de malaise. La ligue a fait son travail et nos conclusions sont supportées par des faits et par la Cour», a expliqué Goodell.

Le point sur les déménagements

La dernière année a été marquée par le déménagement des Rams et des Chargers à Los Angeles, ainsi que par les rumeurs de transfert des Raiders d’Oakland à Las Vegas. Roger Goodell s’est fait demander si les décisions de la ligue en plus des sanctions sévères dans le dossier du «Deflategate» n’avaient pas contribué à éroder la confiance des amateurs dans plusieurs communautés. «Nous avons toujours été transparents et je peux comprendre que des amateurs loyaux n’apprécient pas toutes nos décisions. Je ne m’attends pas à ce que tous soient d’accord, mais nous agissons toujours dans l’intérêt de la NFL à long terme», a-t-il soutenu.

Du monde en ville

Relativement tranquille depuis le début de la semaine, Houston a pris ses airs de fête pour de bon mercredi avec l’arrivée massive en ville de partisans et (encore) de médias. Le quartier «Super Bowl Live», un bloc de 250 000 pieds carrés, s’animera de plus en plus dans les jours à venir avec de nombreux spectacles. Déjà, les X Ambassadors ont lancé les festivités. Dans les prochains jours, défileront notamment les Bruno Mars, Taylor Swift et ZZ Top. Aujourd’hui, Lady Gaga monopolisera toute l’attention avec sa conférence de presse en vue du spectacle de la mi-temps.