/entertainment/tv
Navigation

Budweiser s’oppose à Donald Trump

La brasserie présente une publicité pro-immigration destinée au Super Bowl

Coup d'oeil sur cet article

Bien qu’elles n’aient pas encore été télédiffusées, plusieurs publicités du Super Bowl font déjà jaser, mais jamais autant que celle de Budweiser. Véhiculant un message pro-immigration, l’ambitieuse annonce de 60 secondes devrait résonner fort aux États-Unis de Donald Trump.

Mise en ligne mardi sur YouTube, la publicité aux allures de long métrage épique relate comment le créateur de Budweiser, Adolphus Busch, a quitté l’Allemagne en 1857 pour s’installer aux États-Unis. On voit comment le jeune homme, après un chaotique voyage en bateau, s’est fait accueillir au pays de l’oncle Sam. «Tu n’es pas le bienvenu ici, lui jette un passant. Retourne dans ton pays!» Après plusieurs péripéties, il fait la rencontre d’Eberhard Anheuser, avec qui il bâtira la célèbre marque de bière.

Signée Chris Sargent, la réalisation du message est tellement léchée qu’après une minute de visionnement, on jurerait qu’on vient de voir la bande-annonce d’un film d’aventures à la Forest Gump.

Réaction mitigée

Présentée moins d’une semaine après l’entrée en vigueur du décret de Donald Trump sur l’immigration, cette publicité de Budweiser provoque des réactions aux antipodes sur Twitter et Facebook. D’un côté, les admirateurs inconditionnels du président américain parlent de suicide corporatif et appellent au boycottage; de l’autre, les démocrates crient au génie.

Vingt-quatre heures après son arrivée sur YouTube, la publicité comptait près de 3 millions de visionnements. Les nombreux commentaires qu’elle avait suscités étaient de nature politique. «On n’est pas contre les immigrants légaux; on est contre les immigrants illégaux!» a écrit un usager. «Propagande libérale!» a noté un autre.

Prise de risque

Cette prise de position aussi flagrante de Budweiser à propos des politiques du président américain comporte certains risques, note Arnaud Granata, président du groupe média Infopresse, spécialisé en marketing. Mais puisque plusieurs puissantes entreprises américaines s’opposent au décret anti-immigration de Trump (le PDG de Nike fait même circuler une lettre rappelant les valeurs de l’entreprise, qui sont contraires à celles que défend Trump), Budweiser devrait s’en sortir (presque) indemne.

«C’est dangereux, mais compte tenu du climat qui règne aux États-Unis et du nombre croissant de compagnies qui s’élèvent publiquement contre les choix du président, ça devrait aller, souligne Arnaud Granata. C’est un grand coup de Budweiser d’afficher ainsi ses couleurs durant le Super Bowl, un événement qui célèbre l’Amérique dans toute sa splendeur.»

Après la parution du controversé message publicitaire, Budweiser a tenté de minimiser son thème pro-immigration. Dans un communiqué de presse, les dirigeants de l’entreprise ont précisé que l’annonce était d’abord et avant tout articulée autour des thèmes du travail acharné et de l’accomplissement des rêves malgré les obstacles, rapporte Advertising Age, un magazine spécialisé en publicité.

Chose certaine, Budweiser a réussi à capter l’attention du public.