/opinion/columnists
Navigation

Des excuses, svp!

Coup d'oeil sur cet article

Il arrive qu’on se fasse des jambettes entre concurrents, mais, cette fois, La Presse a dépassé les limites de l’acceptable en tentant de lier de brefs propos que j’ai tenus à Radio X il y a deux ans à l’attentat de Québec.

Le quotidien proposait hier à ses lecteurs d’écouter cinq clips audio de commentaires, dont le mien, diffusés sur Radio X et le FM 93, jugés problématiques.

Pendant neuf secondes tirées d’une chronique de 18 minutes à Maurais Live, on m’entend dire: (l’islam modéré) «non, ça n’existe pas.» Au diable le contexte.

Montage sélectif

Voici ce que La Presse n’a pas jugé bon d’inclure: «Oui, l’islam dit qu’une femme ne devrait pas sortir si elle n’est pas habillée de la tête aux pieds. Tu peux être modéré, mais c’est l’islam pareil. L’islam est une religion rigoriste.»

Les imams se tuent à dire qu’il n’y a pas d’islam modéré. Ce sont les individus et leurs interprétations de la religion qui sont modérés. Les dogmes, catholiques, israélites ou musulmans, eux, sont immuables.

J’étudie la montée de l’islam politique depuis au moins 20 ans. Je ne compte plus le nombre de religieux, d’intellectuels et d’écrivains musulmans avec qui j’ai discuté du phénomène, de livres et d’articles que j’ai lus. De voyages que j’ai entrepris. Je connais mon sujet.

Liberté d’expression

Je ne vais pas me taire parce que La Presse, comme Adil Charkaoui, me juge islamophobe – ils oublient que je me suis vigoureusement opposée à la charte de Bernard Drainville –, mais à l’avenir je serai plus prudente, plus précise, plus virulente dans ma condamnation des amalgames.

Certains, y compris des gens de La Presse, n’ont pas les connaissances ou l’intelligence nécessaire pour faire la différence entre islamisme et islam, entre musulmans et intégristes. Entre une chroniqueuse et des marchands de haine.

Il n’y a qu’un seul suspect dans l’attentat terroriste de Québec et il s’appelle Alexandre Bissonnette.

J’attends des excuses pour cette injustice.