/news/politics
Navigation

«Je fais partie de l’équipe», dit Sam Hamad

Le député de Louis-Hébert, Sam Hamad.
Photo d'archives Le député de Louis-Hébert, Sam Hamad.

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir réfléchi à son avenir politique ces dernières semaines, Sam Hamad s’est présenté au caucus présessionnel libéral motivé, en s’avouant très touché par l’attentat de la mosquée de Sainte-Foy.

«Je fais partie de l’équipe», a souligné le député de Louis-Hébert, avant d’entrer à la réunion préparatoire de l’aile parlementaire libérale, qui se poursuit vendredi à l’Assemblée nationale.

«Je souhaite certainement qu’il s’implique», a indiqué de son côté Philippe Couillard. Lorsque débutait le parrainage de réfugiés syriens, M. Hamad avait été «très présent» et «très utile» afin de créer des rapprochements avec la communauté, a rappelé le chef libéral.

À l’entrée du caucus parlementaire de l’aile libérale, M. Hamad, qui espérait un retour au conseil des ministres pour débuter l’année, a fait valoir que lui, comme toute l’équipe gouvernementale, poursuivent le travail auprès des gens touchés par la tuerie de la Mosquée de Sainte-Foy.

Dans une entrevue publiée dans le quotidien Le Soleil, la veille de l’attentat, M. Hamad racontait qu’il «tofferait pas des années» à siéger en tant que simple député.

Triste et touchant

«L’événement (de) cette semaine est très triste et touchant. Un de mes adjoints au (bureau de) comté était très proche de l’une des familles», a raconté M. Hamad.

Son bureau de circonscription est situé à moins d’une dizaine de minutes du domicile familial de l’unique accusé de la fusillade.

«M. Bissonnette, il vient de Cap-Rouge. [...] Ça fait 15 ans que je suis en politique et je n’ai jamais rencontré ce jeune-là», a rapporté le député de Louis-Hébert.

Questionné à savoir si les radios de Québec ont pu jouer un rôle dans la montée de l’intolérance comme certains l’avancent, «je n’embarquerai pas dans ça», s’est limité à dire M. Hamad.

Pourrait-il s’impliquer dans les activités de rapprochement avec la communauté musulmane évoquées par le ministre responsable de la Capitale-Nationale, cette semaine?

«François Blais, il l’a bien dit : l’emploi, c’est la meilleure façon d’intégrer un immigrant au Québec», a rétorqué le député de Louis-Hébert.