/news/politics
Navigation

Va-et-vient de médecins entre le réseau public et privé: Le ministre Barrette pourrait sévir

Periode des questions
Simon Clark/Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette pourrait sévir contre des médecins qui quittent le régime public temporairement pour pouvoir continuer à facturer des frais à des patients au privé si ce stratagème nuit à l’accès aux soins.

Le Journal rapportait mercredi que le nombre de médecins spécialistes qui se sont désaffiliées temporairement du réseau public de la santé a doublé l’an dernier, passant 9 à 19. Dans une clinique de Laval, des radiologistes quittent le régime public temporairement, en rotation, ce qui leur permet de facturer des frais aux patients à la clinique privée.

À l’Assemblée nationale, la députée péquiste Diane Lamarre a dénoncé ce «trou dans la loi qui permet aux médecins de jouer au ping-pong entre le public et le privé». «Le grand perdant, c’est le citoyen», a-t-elle lancé, demandant au ministre de la Santé d’agir.

De son côté, le ministre Barrette affirme lors d’une mêlée de presse que cette pratique, pour l’instant, ne met pas en danger l’accessibilité des services offerts au public. Il promet toutefois d’agir si c’était le cas, puisque des dispositions de la loi 20 lui permettent de le faire.

«On s’est donné la capacité de voir si le médecin ralentit à l’hôpital. S’il ralentit à l’hôpital pour aller faire du privé, on a la capacité de l’empêcher d’aller au privé, ou s’il veut absolument y aller, (de l’empêcher) de revenir dans le public», a-t-il affirmé. Le ministre dit faire une «vigie particulière» à ce sujet.

M. Barrette a par ailleurs dénoncé cette pratique, guidée par «l’appât du gain», en affirmant que les radiologistes «sont les gens qui ont le plus d’appétit pour faire de l’argent». «Je les connais bien en passant», a-t-il laissé tomber.

De son côté, le député caquiste François Paradis estime que cette situation est le résultat de l’improvisation entourant la mise en œuvre du règlement sur les frais accessoires. «Quand on met en place une mesure et qu’elle est nébuleuse, qu’il y a du flou autour, attendez-vous à ce que dans la brume, il y en a qui prennent des chemins différents et qui se perdent», a-t-il lancé.