/opinion/columnists
Navigation

La mauvaise foi

Coup d'oeil sur cet article

En 1940, l’ignoble ministre nazi de la propagande, Joseph Goebbels, ordonnait à ses sbires: «Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose.» Quand on entend tout ce qui se dit à propos du décret de Trump sur l’immigration, il apparaît que la technique de Goebbels fait encore de nombreux adeptes.

Mensonges

Parmi les mensonges colportés, on compte celui voulant que le nouveau président ait émis un décret antimusulman. Pourtant, il suffit de lire ce décret pour comprendre qu’il n’en est rien.

Le décret ne mentionne ni l’islam ni aucune religion. Certes, le décret concerne sept pays à majorité musulmane: Iraq, Iran, Syrie, Lybie, Somalie, Soudan et Yemen. Mais il s’applique de manière équivalente à tous les citoyens de ces pays, et tous les réfugiés syriens seront touchés, qu’ils soient chrétiens ou musulmans.

De plus, le décret vise sept pays, alors qu’il en existe 49 à majorité musulmane à travers le monde. De ce nombre, 32 ont une population musulmane qui avoisine 100 %. Si Trump visait réellement les musulmans, il aurait certainement pu ratisser un peu plus large!

Ce que les hystériques anti-Trump omettent également de dire, c’est que les pays visés par le décret sont précisément ceux que Obama avait identifiés dans le Terrorist Prevention Act de 2015 et dans sa mise à jour de 2016. Quant à l’interdiction similaire visant les réfugiés irakiens décrétée par Obama en 2011, c’est là le genre de flashback que plusieurs préfèrent éviter.

Désinformation

Pourquoi les moralisateurs qui envahissent aujourd’hui les rues et qui déversent leur fiel à la moindre occasion étaient-ils plutôt silencieux quand les initiatives venaient d’Obama? Là est la question!

Dans les faits, le décret de Trump est un moratoire de trois mois sur l’immigration et durée indéterminée sur les réfugiés. Mais les faits sont impuissants devant la mauvaise foi des professionnels de la désinformation.