/news/consumer
Navigation

L’ambiance d’un chalet dans un conteneur

Une entreprise québécoise propose au salon ExpoHabitation une alternative aux maisons miniatures

Vice-président chez Shacks Modernes, Patrick Sauvé a présenté vendredi au salon ExpoHabitation un petit segment d’un chalet-conteneur de sa compagnie.
Photo Jonathan Guay Vice-président chez Shacks Modernes, Patrick Sauvé a présenté vendredi au salon ExpoHabitation un petit segment d’un chalet-conteneur de sa compagnie.

Coup d'oeil sur cet article

Entre les maisons miniatures et les gros chalets en bois rond, une entreprise québécoise veut tirer son épingle du jeu en proposant une alternative hybride, un chalet-conteneur.

L’entreprise Shacks Modernes, qui a lancé son premier modèle le mois dernier, achète des conteneurs neufs de compagnies montréalaises et les revampe en espace habitable.

«Ce n’est pas une maison ni une roulotte, mais bien un chalet moderne», a précisé vendredi Patrick Sauvé, le vice-président Affaires chez Shacks Modernes.

«Nous avons remarqué que les gens ne désirent plus autant d’espace qu’auparavant. Un conteneur recyclé en chalet demande beaucoup moins d’entretien qu’une maison.»

Au centimètre près

Shacks Modernes propose un modèle de base à 49 900 $ et une version plus luxueuse à 69 900 $.

«La différence de prix repose principalement sur la qualité des matériaux, a mentionné M. Sauvé. Le modèle supérieur est clé en main et inclut tous les électroménagers.»

«Il faut que ce soit abordable, sinon les gens vont simplement s’acheter un chalet», a-t-il poursuivi au sujet de cette nouveauté.

D’une dimension de 40 x 8 pieds et d’une superficie de 320 pi2, les chalets-conteneurs offrent les mêmes commodités qu’une maison, mais dans un espace beaucoup plus restreint.

Ceux-ci comprennent une salle de bain avec douche, une cuisine avec levier, four, réfrigérateur et comptoirs. Il y a également une salle à manger, un salon avec une causeuse et une chambre à coucher avec lit au choix. L’intérieur peut être ajusté selon les besoins.

«Avec les chalets-conteneurs, on ne peut pas se permettre de perdre de l’espace, a-t-il confié. Il faut être très minimaliste dans ces types de demeures.»

Pour laisser la finition en métal à l’intérieur du chalet-conteneur, Shacks Modernes a recours à l’isolation extérieure d’uréthane de soya. S’il n’est pas encore possible d’empiler deux chalets-conteneurs, ça ne saurait tarder.

«On peut quand même utiliser le toit pour faire un jardin, une terrasse ou installer un jacuzzi», a-t-il expliqué.

Plusieurs curieux

De nombreux curieux ont fait la file toute la journée vendredi pour mettre les pieds à l’intérieur de la maison solaire 100 % autonome d’Énergéco.

«Notre maison modèle consomme 15 kilowattheures (kWh) par mètre carré par an. Pour une maison normale, ça se situe entre 150 et 200 kWh», a précisé Daniele Oppizzi, président d’iLand, entreprise chargée du volet énergétique de cette maison estimée à 176 000 $. «Juste avec la qualité de l’isolation, même si on branchait cette maison avec Hydro-Québec, elle ne coûterait que 250 $ par année en électricité et chauffage», dit-il.


Le salon ExpoHabitation se déroule au Stade olympique jusqu’à dimanche.