/lifestyle/books
Navigation

Une histoire d’amour épique!

Une histoire d’amour épique!
photo courtoisie Megan Brown

Coup d'oeil sur cet article

Il y a deux ans, ce roman a fait fureur aux États-Unis. À notre tour de le découvrir et de l’aimer un peu, beaucoup, furieusement!

On dit souvent que la nuit porte conseil. Rien de plus vrai dans le cas de l’écrivaine américaine Lauren Groff puisque c’est dans la pénombre de sa chambre à coucher que les grandes lignes de Furies, son troisième roman, ont tranquillement commencé à se ­dessiner.

«Je ne sais pas pourquoi, mais je me ­réveille souvent au petit matin et comme je suis à moitié ­endormie, le monde qui m’entoure se ­présente parfois sous un jour assez ­grotesque, explique-t-elle. Il y a une ­dizaine d’années, alors que mon conjoint et moi n’étions pas encore mariés, j’ai ainsi eu un genre de crise existentielle: en le ­regardant dormir paisiblement à côté de moi, je me suis dit que je ne le connaissais pas vraiment et que si je ne le connaissais pas vraiment, je ne connaissais personne.»

La peur qui en a découlé l’a tellement déstabilisée que, pour l’exorciser, Lauren Groff a fini par faire ce qu’elle connaissait le mieux: en tirer une histoire de plus de 400 pages qui, lors de sa sortie aux États-Unis, en 2015, a notamment été ­encensée par Barack Obama et a caracolé en tête du palmarès des meilleurs livres de l’année sur Amazon.

Se découpant en deux parties bien ­distinctes, Les furies nous permet d’abord de faire plus ample connaissance avec Lotto Satterwhite, le fils d’un richissime entrepreneur de Floride qui, à l’adolescence, sera envoyé dans un ­pen­sion­nat huppé du New Hampshire. C’est là qu’il découvrira le théâtre et qu’il décidera de devenir acteur. Un choix de carrière hasardeux, percer à Broadway étant presque aussi difficile que de ­percer un trou avec un dard d’abeille!

Doté d’un physique avantageux et d’un charisme incroyable, deux atouts dont il se servira surtout pour séduire un ­nombre presque incalculable de filles, Lotto aura donc beaucoup de mal à ­décrocher quelques rôles. En revanche, il ne tardera pas à décrocher le gros lot en la personne de Mathilde Yoder, l’une des plus jolies et des plus mystérieuses ­étudiantes de l’université où il a étudié. Et deux semaines seulement après leur premier baiser, Lotto et Mathilde décideront d’unir leurs destinées par les liens du mariage.

Une histoire d’amour qui fera l’envie de tous leurs amis, car peu importe les épreuves qu’ils traverseront au fil des ans (en plus d’avoir été déshérité par sa mère, Lotto ne sera longtemps qu’un ­acteur raté), les séduisants époux se chériront toujours comme au premier jour.

Mais comme Lauren Groff se chargera de nous le rappeler de façon assez ­brutale, les apparences peuvent parfois être trompeuses...

L’envers du décor

«Pendant cinq ans, j’ai rédigé l’histoire de Lotto et celle de Mathilde en pensant en tirer deux romans pouvant être lus ­séparément, précise Lauren Groff. Après les avoir soumis à mon agent, il m’a demandé de tout reprendre pour n’en faire qu’un seul livre.»

Dans cette nouvelle mouture, la version de Mathilde arrive ainsi en second. Un bon coup, parce qu’elle nous permet surtout de voir les dessous d’une vie conjugale qui, au départ, aurait pu inspirer à Charles Perrault ou aux frères Grimm la trame d’un énième conte de fées.

«Quoi qu’on en dise, je crois qu’il n’est pas sain de tout partager avec notre ­partenaire, poursuit Lauren Groff. Lorsqu’on vit en couple, il faut en effet ­accepter de garder certaines choses pour soi afin de pouvoir continuer à s’épanouir et conserver un minimum d’autonomie.»

Ce qui s’applique également aux livres: lorsqu’on en lit un, il faut garder certai­nes choses pour soi afin de ne surtout pas vendre la mèche! On vous laisse donc le soin de découvrir par vous-même ce second volet étonnamment déstabilisant, Mathilde n’ayant pas hésité à dénigrer son passé pour vivre au présent la relation amoureuse de ses rêves.

Les furies
Lauren Groff
Éditions de l’Olivier 
450 pages
Photo courtoisie
Les furies Lauren Groff Éditions de l’Olivier 450 pages