/24m/city
Navigation

Montréal investit 10 M$ en recherche pour de nouvelles technologies

Bloc Ordinateur web sécurité internet renseignements personnels
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Montréal lance un programme de recherches de trois ans en partenariat avec trois universités pour améliorer notamment sa sécurité informatique et développer de l'intelligence artificielle.

«Tous les centres de recherche sont mis à profit et on aura certainement des innovations qui vont venir améliorer la qualité de services aux citoyens et la sécurité», a indiqué Harout Chitilian, responsable de la Ville intelligente pour le Comité exécutif.

Quatre volets seront étudiés par ces université, soit la cybersécurité et résilience informatique, l'intelligence d’affaires et de données massives, l'intelligence artificielle et enfin l’internet des objets et les télécommunications.

Un groupe de chercheurs pancanadiens, basés à l'Université de Montréal, se pencheront d'abord sur la cybersécurité des ressources informatiques de la Ville.

«Il y a une accentuation des attaques informatiques sur l’ensemble du globe, particulièrement depuis 1 an, et les sites de la Ville, tant à l'externe qu’à l’interne, ne sont pas à l’abri», indique un document de présentation de la Ville.

Puisque ces attaques sont de plus en plus sophistiquées, la Ville a besoin de développer des expertises pour les contrer.

Une équipe multidisciplinaire de l'Université McGill sera aussi chargée d'étudier le développement de capteurs disposés partout dans la ville, qui collecteront différentes données. Ceux-ci devront être peu coûteux, remplaçables et faciles à déployer. Ce projet permettra d’éviter les dédoublements d’infrastructure. 

Une équipe de l'UQAM sera d'ailleurs chargée d'évaluer la portée et l'accessibilité sociale du projet.

Enfin, le Centre de recherche en informatique de Montréal (CRIM) sera, pour sa part, chargée d'optimiser des outils en intelligence d'affaires et intelligence artificielle, ce qui permettra «d'optimiser la prise de décisions d’une entreprise». 

Ces outils permettront de traiter un volume important de données et moderniseront, notamment, les applications du SPVM et du Service d'incendie de Montréal.