/sports/hockey/canadien
Navigation

La détente de Price

Pendant le congé de cinq jours du CH, le gardien est allé taquiner la truite

Carey Price
Photo Courtoisie Carey Price était encore sur la glace, mercredi. Mais pas celle de la haute pression. Il était à la Pourvoirie du lac Blanc avec ses amis Ben Woo (à gauche) et Christian Fournier.

Coup d'oeil sur cet article

Gaston Pellerin n’a pas dit un mot ni à son personnel à l’auberge ni à son bras droit Daniel Grenier, qui est un fou accoté du hockey et partisan du Canadien jusqu’au milieu de la moelle.

À Saint-Alexis-des-Monts, mercredi matin à la Pourvoirie du lac Blanc, le décor était magnifiquement blanc et tous vaquaient à leurs occupations lorsque, vers 8 heures, sont débarqués deux amis d’un beau camion.

Au volant, il y avait Christian Fournier et l’autre était un certain Carey Price, en congé pour quelques jours.

Dans quelques semaines, il y aura 10 ans que Price est un Canadien et il commence à connaître plusieurs secrets du Québec.

Ils sont entrés à l’enregistrement et tous ceux qui étaient là ont figé sur place.

Carey a l’habitude et il a vite séduit tout le monde par sa gentillesse, sa noblesse et sa générosité.

Un partisan aux anges

Daniel Grenier, homme à tout faire, est tombé dans un rêve. Il a tout mis de côté et se serait coupé un bras pour les guider vers les meilleurs spots. Il aurait déneigé le chemin à la cuillère si on lui avait demandé de le faire.

Une heure plus tard, les gars étaient sur la glace du petit lac Roche. On a troué à une dizaine de bons endroits, Carey, habillé comme un prince thermique, avait apporté ses leurres et, sous une petite neige, le gardien et son ami se sont fait plaisir.

Douce thérapie

Ça mordait et on imagine que le grand Indien d’Anahim Lake a réussi à évaporer dans les nuages les mauvaises soirées des dernières semaines. On sait tous que la pêche est une douce thérapie, un calmant extraordinaire.

Au dîner, ils sont revenus à l’auberge et ont mangé à l’une des meilleures tables du Québec en forêt, chaudrée de truite et un filet de mouchetée finement grillé.

La simplicité et le calme olympien de Carey étaient à la fois émouvants et séduisants.

Gaston m’a dit qu’on ne voulait pas le déranger, le laisser profiter de chacun des instants de quiétude, de repos.

Lourde mission

Il est souriant, mais il est sérieux, doux. Il était bien, détendu et serein. Carey est en mode pause saison, mais il est toujours au cœur d’une lourde mission de plusieurs mois sur une autre glace.

Pas d’alcool, pas de café, pas de dessert. Ils sont retournés sur le Roche et les truites arc-en-ciel étaient toujours aussi vigoureuses, combatives.

Vers 16 h, avant de reprendre le chemin de Montréal, Carey est repassé par le grand chalet et il s’est prêté patiemment à une amicale séance d’autographes et de photos.

Lors d'un récent voyage de pêche, Gaston Pellerin,  propriétaire de la Pourvoirie du Lac Blanc et aussi le cousin du raconteur, Fred Pellerin,  était heureux d’accueillir Carey Price à sa pourvoirie.
Photo courtoisie
Lors d'un récent voyage de pêche, Gaston Pellerin, propriétaire de la Pourvoirie du Lac Blanc et aussi le cousin du raconteur, Fred Pellerin, était heureux d’accueillir Carey Price à sa pourvoirie.

Sourire en coin, Carey s’est bouché le nez de la gauche et il a même signé sur les bas blancs en laine de Daniel Grenier. Il y a eu plusieurs remises à l’eau, mais Christian et Carey sont partis avec sept belles palettes (truites arc-en-ciel) dans la glacière.

Message à Ménick

Oui, Ménick. C’est le même lac que Pierre Bibeau et moi t’avons fait découvrir le printemps dernier, à la différence que Carey, lui, il arrête de parler quand il pêche.

Je termine ce texte avec des interrogations. Est-ce que Carey a préparé la truite selon une recette de la Première Nation Ulkatcho? Est-ce que la petite Liv, qui aura un an en mai, a commencé à manger de ce délicieux poisson? Et ma question la plus importante est à Carey Price lui-même. Est-ce que tu comprenais lorsque Gaston Pellerin te parlait en anglais?

Mais la plus rassurante, la beauté de l’affaire est qu’il n’y a rien de mieux que de la truite arc-en-ciel au citron et un riz aux échalotes françaises pour replacer un gardien de but. Vous allez voir demain contre les Jets.

Carey, faut que tu les «arêtes». La pognes-tu?

Sur le même sujet