/misc
Navigation

Quand notre coeur fait boum

Quand notre coeur fait boum

Coup d'oeil sur cet article

Après le décevant violoniste/chef d’orchestre Joshua Bell qui fut invité par l’Orchestre symphonique de Montréal, nous nous sommes rattrapés avec le doublé composé de la chanteuse Tami Neilson et du guitariste, chanteur de blues Colin James. Un peu comme dans la chanson de Charles Trenet, notre cœur et nos oreilles se sont tout d’abord emballées pour cette jeune chanteuse canadienne, ayant posé ses pénates en Nouvelle-Zélande depuis quelques années.  Comme nous avions raté son passage éclair au Upstairs en octobre 2016, les astres furent bien alignés hier soir au Théâtre Maisonneuve.


Avoir de l’âme, et quelle voix
Même si elle est en est à son 5e disque, nous l’avons, découvert tout récemment avec Don’t Be Afraid, condensé de soul, blues et country qui évoque parfois, la regrettée Amy Winehouse. Toute de jaune vêtue, pour faire un pied de nez au soleil qui manque cruellement et à l’hiver qui «  colle », Tami Neilson eu vite fait, de s’approprier le public. Accompagnée de son frère à la guitare et d’un batteur, soit le plus simple élément, elle a fait preuve d’un savoir-faire qui nous a laissés vraiment heureux.  Avec beaucoup d’humour, elle nous a parlé de sa famille de musiciens et de l’influence de son père qui s’est traduit par l’émouvant Lonely.

Puissant aussi dans les sources du Gospel,   Holy Moses

fut vraiment à la hauteur, tour comme le délirant Loco-Mama qui évoquait comme vous vous en doutez, de son rôle de mère. Un pur plaisir et espérons que les programmateurs du Festival lui trouvent une place de choix en 2017.

Colin James, le blues et sa patrie


Toujours aussi fringuant, et guitariste inventif, Colin James s’est fait le chantre d’un blues immortel. À travers Blues Highways,

dernier disque en hommage aux légendes du blues/rock, la voie était pavée pour une très belle soirée. Sans cuivres, avec une formation costaude et nous avons eu la surprise d’entendre le saxophoniste baryton montréalais Al Mc Lean, tout un chacun pouvait reconnaître ses classiques. Avec une quinzaine de guitares qui servaient à donner un son et un sens à cette tournée, nous pouvions imaginer: Junior Wells (Hoodoo man Blues), Last Fair Deal (Robert Johnson ou Boogie funk de Freddie King.

Quand tout est bon, nous n’avons rien à redire !